«Que personne ne soit trompé. ne pas
il y aura un plan B ». Cette phrase marque la première intervention publique du
nouvellement nommé président de Media Capital, Mário Ferreira, élu par
à l'unanimité ce mardi 24, lors d'une assemblée générale des actionnaires, même
contre la recommandation de l'ERC – Entité de régulation de la communication sociale.

Flanqué du reste
membres du conseil d'administration – Paulo Gaspar (vice-président),
Avelino Gaspar, Miguel Osório, Paula Paz Dias Ferreira (épouse de Mário
Ferreira), João Serrenho et Cristina Ferreira (tous membres) – l'homme d'affaires
a considéré les pressions du CER sur les actionnaires actuels et est «inacceptable»
a même confié à l'autorité de régulation la responsabilité de «remettre en question la
viabilité de TVI, cinq radios et plus de 1000 emplois ».

ERC prétend avoir des doutes sur «l'identité des actionnaires»

«Tenter de rendre irréalisables les actionnaires et les nouveaux organes sociaux de Media Capital mettrait en péril l'existence de ce groupe de communication». Pour cette raison, a-t-il dit, le conseil d'administration «prendra les initiatives légales» pour se défendre.

Mário Ferreira garantit que
Les actionnaires et investisseurs de Media Capital «sont légitimes et, par conséquent,
restera dans l’administration ». «Que personne ne soit trompé. Il n'y aura pas de plan B »,
a poursuivi Mário Ferreira, le premier actionnaire (30,22%), s'ouvrant cependant à une
position de dialogue. «Nous voulons un dialogue franc et une attitude sans décision
bizarre », adjectif utilisé pour décrire l'imbroglio juridique dans lequel le
analyse par les autorités de régulation – ERC et CMVM – du transfert de capital du
Groupe TVI des mains de Prisa à environ deux douzaines d'actionnaires. "Quoi
nous attendons de l'ERC une décision d'exemption, dans laquelle il n'y a aucune sorte de
protectionnisme envers l'un ou l'autre groupe », a-t-il déclaré. «Si les dommages sont quantifiés,
conditions de remboursement », a-t-il ajouté, se rendant compte que le positionnement du
le régulateur a un effet négatif sur la valeur de l'entreprise.

Plus loin, Mário Ferreira
se plaignait de n'avoir jamais été reçu par le président de l'ERC, contrairement aux
son concurrent Paulo Fernandes, leader de Cofina et qui a un OPA en cours
à propos de TVI, qui «fut bientôt reçu». Miguel Osório, de Biz Partners et
qui a gardé environ 12% du capital, a déclaré avoir envoyé une lettre à l'ERC,
sans jamais avoir de réponse.

Lors de la conférence de presse, Mário Ferreira a également révélé que les actionnaires de Media Capital «reçoivent des menaces» et sont la cible de «campagnes de diffamation», pointant du doigt Cofina, la société propriétaire de Correio da Manhã, samedi et samedi. Jornal de Negócios, entre autres médias. «Il est facile de voir la diffamation que pour ceux qui lisent les médias. Presque toutes les personnes présentes (les nouveaux membres du conseil d'administration de Media Capital) ont été la cible d'attaques de Correio da Manhã, samedi et, bien que moins, également de Jornal de Negócios, sans parler des magazines spécialisés », a-t-il déclaré .

Concernant les menaces, Mário
Ferreira dit qu '«il y a des gens qui contactent les actionnaires pour demander si
ils entreront dans l'entreprise (de TVI) et avertiront qu'il vaut mieux ne pas s'impliquer
car ils peuvent faire partie de la liste de ceux qui apparaîtront dans le Mail
le matin".

Le président du conseil
La direction de Media Capital déplore également l'inefficacité du CER par rapport à
ces cas. «Plusieurs personnes présentes ici ont adressé des plaintes à ERC
sur ce qui se passe et jusqu'à aujourd'hui, pour autant que nous sachions, ERC a rigoureusement fait
rien". À ce propos, Mario Ferreira dit que «Cofina est
brûler à feu doux. Lorsque vous n'êtes pas actionnaire, vous êtes un collaborateur ».

VISION a tenté de contacter
Cofina, mais personne de l'entreprise n'a voulu commenter ces accusations.

Imbroglio juridique

Une guerre ouverte a éclaté entre les actionnaires de Media Capital et l'ERC, car il considère qu'il peut y avoir eu un changement de contrôle non autorisé sur Media Capital, depuis que Mário Ferreira a acquis à l'Espagne Prisa 30,22% du capital, en mai. Mais entre-temps, Prisa a récemment vendu les 64,47% restants à plusieurs actionnaires, sans qu'ERC n'ait tiré de conclusions. Et à la veille de la deuxième assemblée générale visant à nommer le nouveau conseil d'administration, le CER rend une décision avisant le président de la table de l'assemblée générale de ne pas tenir l'assemblée, alléguant un manque de transparence dans l'actionnariat et admettant la possibilité de l'opération est annulée et aucune décision prise n'y est reconnue (la résolution a fait l'objet d'une abstention, considérant qu'une telle résolution pourrait être comprise comme une forme de pression sur les actionnaires, argument qui a maintenant été largement utilisé lors de la conférence de presse).

Le président
compris, cependant, de procéder à l'AG, justifiant qu'il n'y a aucun doute
«Quant à l'identité des principales entités» et ne relève pas de sa compétence
«Adopter des mesures de précaution en vue de préserver l’effet utile éventuel
procédure administrative en cours ».

En parallèle, la CMVM
a considéré que Pluris (société de Mário Ferreira) et Prisa «exerçaient, en
concertée »(et même la cession par Prisa de tous ses
participation), influence dominante sur Media Capital, dans le contexte et dans
exécution des accords conclus entre eux ». Par conséquent, si vous avez initialement pensé à
obligent Mário Ferreira à lancer une offre publique d'achat sur le capital détenu par
actionnaires, et entre-temps d’autres ont fini par racheter la position restante du
Groupe espagnol, la CMVM a imposé l'obligation d'acheter les 70% restants
capital non détenu par lui. Quelque chose que Mário Ferreira conteste également, mais dont
décision est toujours en cours d’analyse.

Pour compliquer les choses, il y avait déjà une offre publique d'achat de Cofina sur la table, qui peut désormais abandonner, ou les deux coexistent simultanément. Quelque chose à voir dans les prochains épisodes du combat, qui fait chaud et promet de continuer.

Le contenu Mário Ferreira: «ERC peut compromettre la survie de TVI» apparaît en premier dans Visão.