L’écrivaine portugaise Maria Teresa Horta a remporté le Prix littéraire Casino da Póvoa 2021, avec le livre «Estranhezas», attribué dans le cadre de la rencontre littéraire Correntes d’Escritas, à Póvoa de Varzim, a annoncé l’organisation aujourd’hui.

Le jury du concours a décidé de distinguer l’oeuvre de cet auteur, 83 ans, né à Lisbonne, considérant que «Estranhezas» «est une exaltation de la passion, de la beauté, du réel concret et éphémère éternisé par le déplacement de la sphère de temps aux espaces d’écriture ».

«Les sept parties de ce livre revisitent et déplacent les thèmes centraux de l’œuvre et de Maria Teresa Horta qui, depuis son premier livre [‘Espelho Inicial’, 1960], a créé un glossaire et une syntaxe très personnels, un langage unique, qui subvertit et actualise l’idée et la poésie comme une chanson de fête, jouant avec les conventions de la rime et du rythme », peut-on lire dans l’explication de vote du jury.

Maria Teresa Horta, écrivain, journaliste et éminente féministe portugaise, est née le 20 mai 1937 à Lisbonne, où elle a fréquenté la Faculté des lettres.

Avec un vaste travail de poésie et de fiction, qui a débuté en 1960, et qui compte déjà une quarantaine de livres publiés, il s’est également distingué, l’année dernière, par la Médaille du mérite culturel, décernée par le ministère de la Culture.

Cette année marque le 50e anniversaire du début de la conception des «Nouvelles Lettres portugaises», que l’auteur a écrites avec Maria Isabel Barreno et Maria Velho da Costa.

En 2011, Maria Teresa Horta a reçu le Prix D. Dinis, de la Fondation Casa de Mateus, pour son œuvre «Les Lumières de Leonor», qui a également été distinguée par le Prix Maximum de Littérature, la même année.

En 2014, il a reçu le Career Consecration Award de la Société portugaise des auteurs (SPA) et, en 2017, avec le livre « Anunciações », il a remporté le Prémio Autores SPA / Best Poetry Book.

Depuis 2004, il est Grand Officier de l’Ordre de l’Infant D. Henrique, dans une distinction délivrée par le Président de la République de l’époque, Jorge Sampaio.

Aux Correntes d’Escritas, Maria Teresa Horta succède à l’Angolais Pepetela qui, en 2020, avec le livre «Son Excellence du corps présent», a remporté le prix maximum du festival, qui a un prix associé de 20 mille euros.

Cette réunion d’écrivains d’expression ibérique, qui s’est tenue à Póvoa de Varzim, dans le district de Porto, qui dans l’édition de cette année, en raison des contingences de la pandémie de covid-19, se déroule «  en ligne  », et dans un format réduit avec seulement deux jours de activités, rassembleront 154 participants, dont plus de 100 seront des auteurs, ayant programmé plusieurs initiatives en l’honneur de l’écrivain Luís Sepúlveda.

Outre la distinction d’aujourd’hui à Maria Teresa Horta, le festival a également décerné le prix littéraire de la Fondation Luís Rainha, qui distingue une œuvre littéraire sans précédent dont le thème est Póvoa de Varzim, à António José da Assunção, avec le texte «Como Ondas no Sea».

JPYG // TDI