Sur des scènes comme Culturgest, Maria Reis aime se « challenger » et défier les autres, en tenant compte qu' »il y a plus d’opportunités en termes de production », pour « créer quelque chose de plus particulier et spécial, et peut-être un peu plus mégalomane, mais dans la décence », a-t-il dit à Lusa.

Ainsi, sur scène, en plus de Júlia Reis, la sœur avec qui elle a fondé le groupe Pega Monstro, Maria Reis aura un chœur, composé d’Arianna Casellas, Ela Li, Leonor Arnaut, Nëss, Puçanga et Sallim.

Le concert couvrira la carrière de Maria Reis en solo et avec Pega Monstro, mais servira principalement à présenter « Benefício da Dúvida », sorti plus tôt ce mois-ci et qui fait suite à l’EP « A flor da Urtiga », de l’année dernière, et « Chove na sala, de l’eau dans les yeux », de fin 2019 et qui a marqué les débuts de l’artiste solo.

Le nouvel album a été créé à la fin de l’année dernière, dans une résidence artistique à Viseu, à l’invitation de la Galeria Zé dos Bois, en collaboration avec le Teatro Viriato.

La résidence s’est terminée par un spectacle en direct, mais Maria Reis ne voulait pas que « la chose s’arrête là ».

« Je ne voulais pas faire quelque chose qui n’est arrivé qu’une seule fois. Je voulais que ce soit un endroit où je puisse développer mon travail, et une grande partie de mon travail consiste à composer et à continuer à composer, à créer du répertoire, à nourrir la bête du répertoire », a-t-il déclaré.

Par conséquent, il a décidé que ce serait là, « fermé sous la scène » du Teatro Viriato, qu’il créerait le nouvel album, qui a été enregistré à la génération, à Braga.

Le lieu n’a finalement pas eu d’influence directe sur le processus de création, « mais géographiquement, ça a fini par être bien », car la sœur Júlia, « qui participe beaucoup à l’album », vit dans un village près de Viseu.

« Cela s’est avéré être une heureuse coïncidence et cela nous a aidés à faire beaucoup de progrès dans notre travail », a-t-il déclaré.

Júlia, en plus de jouer du tambourin et de chanter, a aidé Maria à « affiner les chansons » auxquelles elle participe et avec des « suggestions d’harmonies et d’arrangements ».

Sur le plan esthétique, mais aussi sur le plan pratique, Maria et Júlia ont voulu que le son de « Benefício da Dúvida » soit « très fidèle à ce qu’il sonne naturellement ».

«Parce que Júlia et moi, et même moi jouions seuls, nous jouions et développions beaucoup la chose dans un sens plus acoustique. Donc, quand nous sommes allés enregistrer, nous voulions mettre cela en évidence. Et aussi, ne pas avoir autant de jours en studio, ne pas avoir autant de place pour y rester des jours et des jours, ça s’est avéré plus efficace », se souvient-il.

Les sept thèmes qui composent l’album finissent par « aller à la rencontre de l’idée du oui ou du non, de la réflexion et du dilemme, et de prendre des risques et de ne pas connaître l’issue au départ, mais on essaie quand même ». « Et ça m’intéresse dans la vie, mais aussi dans l’art », a-t-il partagé.

Dans « Benefício da Dúvida », Maria Reis reprend le jeu de l’alto campaniça, qu’elle avait déjà enregistré dans « Flor de Urtiga ».

La première chanson qu’il a écrite en campaniça pensait au premier concert qu’il a donné « post-confinement », en juin 2020, à la Fondation Calouste Gulbenkian, à Lisbonne.

Dès lors, il a commencé à l’utiliser aussi « parce que c’est pratique ». « C’est un tout petit instrument, je prends l’alto et la campaniça et je peux faire un spectacle », dit-il.

Le concert de Maria Reis au Culturgest est prévu à 21h00 à l’Auditorium Emílio Rui Vilar.

JRS // TDI