Le président de la République a rendu aujourd'hui à l'Assemblée de la République le nouveau droit de la mer pour que le parlement clarifie des points précis du diplôme, soulignant que la souveraineté de l'Etat et les règles constitutionnelles sont protégées.

Dans une note sur le site Internet de la Présidence de la République, il lit que Marcelo Rebelo de Sousa «a renvoyé, sans promulgation, le décret portant premier amendement à la loi n ° 17/2014, du 10 avril, qui établit les bases de la politique Planification et gestion de l'espace maritime national ».

Le chef de l'Etat a estimé qu'il n'y avait pas de «raisons suffisantes» pour envoyer le diplôme d'inspection préventive à la Cour constitutionnelle car «la primauté de l'intégrité et de la souveraineté de l'Etat» est réservée, avec seulement deux ajouts à la législation en question.

Cependant, Rebelo de Sousa a compris "devrait mériter une réflexion complémentaire et une précision supplémentaire" sur les points "concernant les pouvoirs secondaires, compris pacifiquement comme délégables".

En revanche, nous gagnerions «à exiger que les procédures de codécision soient incluses – au moins dans leur esquisse essentielle – dans les instruments de planification prévus au paragraphe 3 de l'article 8, garantissant ainsi la conjugaison entre l'État et les régions autonome dans la définition de cet itinéraire », a conseillé le président de la République.

Marcelo Rebelo de Sousa défend également qu '"il sera important de sauver les questions liées à l'intégrité et à la souveraineté de l'Etat, au moyen d'un amendement final", selon la lettre adressée au président de l'Assemblée de la République.

Le nouveau droit de la mer a été approuvé le 23 juillet, avec des votes en faveur du PS, du PAN et de l'Initiative libérale et des abstentions de PSD, BE, PCP, CDS, «Os Verdes» et Chega.

Douze autres députés socialistes, dont l'ancienne ministre de la mer, Ana Paula Vitorino, ont signé une déclaration de vote, appelant au veto présidentiel de la proposition émanant de l'Assemblée législative régionale des Açores.

Selon ces députés, le même «malade des vices politiques et juridiques» en créant «une fracture de la souveraineté nationale, établissant« un concept spécifique de territoire autonome qui transforme la mer portugaise, en termes de planification et de gestion, en une somme de trois espaces maritime, les Açores, Madère et le continent ».

Ascenso Simões, Jorge Lacão, Marcos Perestrello, Pedro Bacelar de Vasconcelos, Pedro Cegonho, Sérgio Sousa Pinto, José Magalhães, Rosário Gamboa, Alexandre Quintanilha, Jorge Gomes et Bruno Aragão étaient les parlementaires PS qui ont signé le texte.

Le même jour, le président du gouvernement des Açores a qualifié le «oui» du parlement à la plaidoirie d '«historique» pour les régions autonomes et le pays dans son ensemble.

«C'est vraiment une journée historique pour les Açores, pour diverses raisons, pour les régions autonomes en général et pour notre pays. Ce que cette loi consacre, ce n'est ni plus ni moins que la réalisation d'un principe inscrit depuis 2009 dans le statut politico-administratif des Açores, lorsqu'il se réfère à la gestion partagée de la mer », a déclaré Vasco Cordeiro.

HPG (PMF) // SF

Le contenu de Marcelo renvoie le nouveau droit de la mer au parlement pour clarification apparaît d'abord dans Visão.