Dans un discours destiné à (essayer et) unir le pays dans sa lutte gargantuesque contre Covid-19, le président Marcelo a mis en garde contre une 3ème vague du virus, prévue entre janvier et février.

S'adressant à la nation lors du journal de 20 heures ce soir, Marcelo a clairement indiqué que ce dernier «état d'urgence», approuvé au Parlement aujourd'hui, pourrait bien être prolongé lorsqu'il se terminera le 8 décembre d'une autre période de 14 jours jusqu'au 23 décembre.

Aucune mention n’a été faite de Noël – mais l’implication que cela pourrait devenir horriblement grogné dans les «mesures préventives» était là: «Nous ne pouvons pas abandonner», quelle que soit la division de la société et des politiciens, a déclaré Marcelo.

Le vote parlementaire d’aujourd’hui prorogeant l’état d’urgence n’a en fait été soutenu que par le PS, le PSD et un député «non attribué».

PAN, Bloco de Esquerda et CDS se sont abstenus, tandis que d'autres partis (PCP, PEV, Chega, Iniciativa Liberal) ont voté contre.

C’était un signe supplémentaire que le sentiment qui prévalait au printemps et en été selon lequel «nous sommes tous dans le même bateau» a beaucoup diminué. C’est un échec que le président Marcelo souhaite vivement essayer de récupérer, d’autant que le pays se rend aux urnes pour voter pour un nouveau président en janvier.

Le message de Marcelo aujourd’hui était «nous allons faire ce que nous avons fait au cours de près de neuf siècles d’histoire: nous n’abandonnerons pas».

Il a souligné que le temps de «porter des jugements sur les actes et les auteurs, de délimiter les champs et de vérifier et de tenir (les personnes) responsables» viendrait. «Il y aura beaucoup d'élections pour cela». Mais pour le moment, il est temps de «convergence», même si les gens ne sont pas d’accord.

À bien des égards, c’était davantage le message que le président a répété au cours des derniers mois: «la pandémie est déjà assez grave: nous n’avons pas besoin de troubles politiques et sociaux».

Selon les rapports, Marcelo «n'a fait aucune tentative pour anticiper les mesures qui devraient être annoncées par le gouvernement demain, tout en garantissant que les autorités sanitaires disposent de données plus spécifiques sur les cas afin que« nous puissions adapter les mesures aux municipalités avec des degrés de gravité variables ».

La réalité est cependant que, alors que le gouvernement se prépare à présenter de «  nouvelles mesures '' au pays samedi, des manifestations se dérouleront dans tout le pays: des restaurateurs à Faro ainsi qu'une «  manifestation pour la culture '' dans la capitale, une «  marche lente pour la liberté »à Lisbonne et à Porto dimanche, et une autre manifestation est prévue devant le parlement mercredi prochain.

Petit à petit, le raisonnement des autorités pour maintenir la suspension de «certains droits, libertés et garanties» est remis en question. Comme l’a déclaré ce soir le commentateur de télévision Bernardo Ferrão au SIC, «nous ne savons même pas» si le gouvernement a un plan pour le déploiement du vaccin soudainement promis. En effet, les autorités sanitaires ont encore du mal à administrer le vaccin antigrippal régulier, a-t-il déclaré.

natasha.donn@algarveresident.com