Le président de la République a salué aujourd'hui les professionnels de santé et a défendu un renforcement des moyens du SNS, dans un message qui marque les 41 ans de ce réseau d'établissements et de services publics.

Marcelo Rebelo de Sousa «rappelle à tous qu'il faut aller plus loin, renforcer et doter le Service National de Santé (SNS) des moyens appropriés pour répondre au grand défi des temps à venir» et évoque dans cette note le fondateur du PS et ancien ministre António Arnaut, décédé il y a deux ans et considéré comme le "père" du NHS.

«Le Président de la République célèbre aujourd'hui, 15 septembre, les 41 ans du SNS, saluant et remerciant les professionnels de santé qui au fil des années, et notamment en cette période exceptionnelle de la pandémie de covid-19, avec un grand dévouement et souvent, avec d'énormes sacrifices personnels et familiaux, véritables héros comme ils l'ont répété, ils ont consacré le meilleur d'eux-mêmes à prendre soin des Portugais », lit-on dans la note.

Selon le chef de l'Etat, cette année, «plus que jamais», il faut «rappeler que le SNS est l'une des principales réalisations du 25 avril, c'est un pilier de l'Etat de droit démocratique et un élément clé pour l'homme et pour la justice sociale ».

«Le président de la République est honoré d'avoir voté la Constitution de la République, qui a ouvert la voie à la création du SNS», écrit Marcelo Rebelo de Sousa, député constituant du PSD.

Dans la Constitution de la République portugaise de 1976, qui n'avait que des votes contre le CDS, il était établi que "le droit à la protection de la santé est réalisé par la création d'un service national de santé universel, général et gratuit" et que parmi les tâches de l'Etat dans ce Le sujet était «de discipliner et de contrôler les formes commerciales et privées de la médecine, en les articulant avec le service national de santé».

La création du SNS s'est accomplie trois ans plus tard avec la loi n ° 59/1979 approuvée par le PS, le PCP et l'UDP, avec les votes contre le PSD et le CDS, qui prévoyait que la création de ce «réseau d'organes et de services» dans le au sein du ministère des Affaires sociales, par l'intermédiaire duquel «l'État garantit le droit à la protection de la santé, en vertu de la Constitution».

«En rappelant António Arnaut, qui a décerné la Grand-Croix de l'Ordre de la Liberté le 25 avril 2016, le Président de la République rappelle à tous qu'il faut aller plus loin, renforcer et doter le SNS des moyens appropriés pour répondre au grand défi des temps à venir. Nous devons tous lutter, avec courage et détermination, pour un meilleur SNS, condition essentielle pour une meilleure santé au service des Portugais », ajoute Marcelo Rebelo de Sousa.

En juin dernier, concernant la mort d'un médecin atteint de covid-19 au Portugal, Marcelo Rebelo de Sousa a publié une note pour défendre que l'effort des professionnels de santé "mérite les moyens appropriés et les carrières appropriées au sein du NHS".

La pandémie de covid-19, une maladie causée par un nouveau coronavirus détecté en décembre de l'année dernière en Chine, a atteint 196 pays et territoires.

Au Portugal, où les premiers cas ont été confirmés le 2 mars, plus de 1 800 personnes sont décédées sur un total de près de 65 000 cas d'infection recensés, selon la direction générale de la santé (DGS).

IEL // JPS