Le président de la République prêtera serment lundi à Henrique Gouveia e Melo à la tête de l’état-major de la marine (CEMA), estimant que « le moment est venu » d’exonérer Mendes Calado de ses fonctions.
Le Conseil des ministres a approuvé aujourd’hui de proposer au président de la République la nomination du vice-amiral Gouveia e Melo en tant que chef d’état-major de la marine (CEMA), en remplacement de Mendes Calado.

Le même jour, en fin d’après-midi, par une note publiée sur le site Internet de la Présidence de la République, il a été annoncé que Marcelo Rebelo de Sousa « nommera le vice-amiral Henrique de Gouveia e Melo comme chef d’état-major de la Marine et vous promouvoir au poste d’Amiral ».

« L’inauguration du futur CEMA aura lieu lundi prochain 27 décembre, à 15h00, conformément aux règles adoptées par la Présidence de la République lors des investitures conférées en période de pandémie », fait référence la note.

Selon la Présidence de la République, « après avoir reçu l’Amiral CEMA, et considérant qu’il y aura très prochainement une législation organique sur l’Etat-Major et les trois branches des Forces armées — signifiant un nouveau cycle politique et fonctionnel -, il a compris que la le moment était venu de procéder audit licenciement ».

Ainsi, « quelques mois avant la fin du second mandat » est anticipée, qui interviendra « selon les disponibilités exprimées » par Mendes Calado, selon la même note.

« Le Président de la République remercie et salue les performances hautement qualifiées de l’Amiral Chef d’Etat-Major de la Marine, en effet, dans le cadre d’une brillante carrière, et lui décerne la Grand-Croix de l’Ordre du Christ », a-t-il annoncé. .

Sur proposition du Gouvernement, avec avis favorable du chef d’état-major des armées et après audition du conseil d’amirauté, le président de la République « nommera le vice-amiral Henrique de Gouveia et le vice-amiral chef des forces armées. Staff Melo et le promouvoir au grade d’Amiral ».

Il y a deux mois, le 29 septembre, au lendemain de l’annonce de ce changement à la tête de la Marine, Marcelo Rebelo de Sousa s’éloignait de la démission immédiate de Mendes Calado, déclarant que son départ était convenu avant la fin de son mandat, mais ce ne serait pas juste alors.

Sans donner de date pour ce départ ni confirmer son remplacement, Marcelo Rebelo de Sousa a défendu à l’époque qu’António Mendes Calado avait fait preuve de « loyauté institutionnelle » dans l’exercice de ses fonctions et a souligné qu’en cette matière « le dernier mot appartient au président de la République. ”.

Cette polémique a conduit le Premier ministre António Costa à demander une audience au chef de l’État et commandant suprême des forces armées, au cours de laquelle il était accompagné du ministre de la Défense nationale, João Gomes Cravinho, le même soir.

A l’issue de cette réunion au Palais de Belém, le Président de la République a publié une note précisant que « les malentendus soulevés à propos du chef d’état-major de la Marine ont été dissipés ».

António Mendes Calado est chef d’état-major de la Marine depuis 2018, après avoir été réélu pour deux ans supplémentaires le 16 février de cette année, avec effet au 1er mars.

Aux termes de la loi organique des Forces armées, les chefs de section sont nommés et révoqués par le Président de la République, sur proposition du Gouvernement, qui doit être précédée d’une audience, par l’intermédiaire du ministre de la Défense nationale, du chef de l’état-major général des forces armées.

Le vice-amiral Gouveia e Melo a coordonné l’équipe en charge du plan national de vaccination contre le covid-19 entre le 3 février et le 28 septembre.