Le premier jour avec un agenda officiel de la visite en Bulgarie, qui se déroule jusqu’à jeudi, la journée a commencé avec toutes les obligations protocolaires : garde d’honneur, hymnes nationaux, couronne sur la tombe du soldat inconnu et rencontre avec l’homologue bulgare, Rumen Radev.

Dans l’après-midi, le programme s’annonçait plus culturel et, après une visite de la principale cathédrale orthodoxe de la ville, le Président de la République a visité une plaque en hommage à Fernando Pessoa, avec un extrait du poème « Tobacaria » apposé sur la façade de la Chambre de Sofia.

« Un honneur de vous avoir ici sur la façade du Paços do Concelho. Connaissez-vous le maire de Lisbonne ? Je vais lui parler, lui dire que j’étais là pour qu’ils puissent se rencontrer tous les deux », a-t-il déclaré au maire bulgare qui l’a reçu sur place.

Malgré l’accent mis sur l’importance accordée à la culture portugaise en Bulgarie, le président a défendu qu’il fallait « faire plus ».

« Ce volet culturel doit compléter d’autres coopérations qui fonctionnent bien, le volet économique dans certains domaines, la coopération militaire, la coopération politique (…) Nous devons faire venir plus de jeunes ici et plus de jeunes Bulgares au Portugal, ce qui est encore . est relativement rare », a-t-il lancé.

En chemin, Marcelo a acheté trois médailles à un marchand ambulant pour sa collection, qui a gagné parce que le président n’avait encore que des euros (un euro vaut presque le double de la monnaie bulgare, le « lev »).

Surfant sur un poème de l’hétéronyme Álvaro de Campos, et interrogé sur « tous les rêves » qu’il a encore pour le Portugal, le chef de l’Etat a élu la « sortie de la pandémie au plus vite » et l’approbation et la « bonne application » de la Plan de Redressement et de Résilience au Portugal.

« Que le Portugal continue le chemin qu’il a pris dans le cadre de l’Europe et du monde et que ce chemin comble les Portugais et permette aux Portugais de rester et de s’épanouir au Portugal », a-t-il souhaité.

Comme à son habitude lors de ces visites, le président a « improvisé » en marge du programme et, après un bref arrêt à l’hôtel, s’est à nouveau promené dans les rues de Sofia.

Lorsque Marcelo Rebelo de Sousa a quitté l’hôtel à Lisbonne, le Premier ministre António Costa a présenté les nouvelles mesures relatives à la pandémie.

« Le Conseil des ministres est-il terminé ? Le Premier ministre a-t-il déjà parlé ? », a demandé le président aux journalistes, sur une terrasse où il a bu une limonade avant de se rendre au Salon du livre.

Lorsqu’on lui a demandé s’il n’était pas resté à l’écouter, il a répondu : « Je sais avant, je suis censé savoir avant », dans le seul commentaire que les journalistes ont pu l’avoir sur le sujet.

Par un après-midi ensoleillé, il y avait plusieurs étudiants de différentes nationalités sur la terrasse et, lorsqu’ils ont réalisé qui était la personne avec plusieurs agents de sécurité et journalistes autour, beaucoup ont demandé – et obtenu – un « selfie » avec le chef de l’État portugais.

A la foire, avec presque tous les livres en bulgare, en alphabet cyrillique, le Président ne s’est intéressé qu’à un seul relatif aux médailles bulgares – à comparer avec la décoration qu’il possède déjà dans le pays -, mais il a fini par acheter celui de un écrivain portugais traduit en Bulgarie, Afonso Cruz.

Afonso Cruz sera à la Foire du livre de Sofia jeudi, dans le cadre d’une initiative de l’Institut Camões, qui amènera plusieurs noms de la culture portugaise en Bulgarie dans les prochains jours, sous la présidence portugaise de l’Union européenne.

« C’est pour se présenter par surprise avec le livre quand il est à la réunion de l’ambassade [na quinta-feira]. Apparemment il est le seul écrivain portugais cette année à la Foire, il faut en apporter plus », s’est-il défendu.

Le président a encore eu le temps de s’asseoir lors de la présentation d’un livre bulgare, mais dont l’auteur a fini par expliquer en anglais qu’il s’agissait d’une publication sur la vie sur la mer Noire.

« Je nage tous les jours dans l’Atlantique », a informé Marcelo Rebelo de Sousa, à qui on a offert un exemplaire du livre et l’information que ces eaux atteignent des températures de 26 à 28º en été.

Le programme d’aujourd’hui se termine par un dîner entre les deux chefs d’État, au Musée national d’histoire, fermé aux médias.

SMA // SF