*** Service audio disponible sur www.lusa.pt ***

Le président de la République est revenu vendredi soir pour contacter les personnes en situation de sans-abri et a estimé qu'il est désormais peu probable que l'objectif de mettre fin à ce problème d'ici 2023 soit peu probable.

Dans cette action à Lisbonne, qui a commencé vers 22h30 et s'est terminée seulement aujourd'hui à l'aube, Marcelo Rebelo de Sousa a rencontré, au tout début du voyage, à Alcântara, un jeune homme endormi dans la rue qui s'est retrouvé au chômage avec la crise résultant de la pandémie convoitée. -19.

"C'est avec tristesse que je vois qu'une nouvelle crise signifiera ou pourrait signifier une augmentation du sans-abrisme", a-t-il déclaré aux journalistes, ajoutant: "Maintenant, je dis que l'objectif de 2023 sera atteint était de mentir aux Portugais. Je ne peux pas dire cela, c'est un mensonge, parce que je ne sais pas, et très probablement, il ne peut pas, peu importe combien il est fait ».

Le chef de l'État était accompagné du coordinateur de la stratégie nationale pour l'intégration des personnes en situation de sans-abri, Henrique Joaquim, et du conseiller de la mairie de Lisbonne pour les domaines des droits sociaux et de l'éducation, Manuel Grilo, du Bloco de Esquerda .

S'adressant à l'agence Lusa, sur l'Avenida Almirante Reis, après un arrêt à Cais do Sodré et Santa Apolónia, Marcelo Rebelo de Sousa a fait le point sur la situation à Lisbonne: «Il y a des signes de chômage parmi les plus jeunes, qui n'étaient pas si Rue. D'après ce que j'ai vu, il n'y a toujours aucun signe d'une aggravation brutale de la situation, mais nous sommes au début de la crise économique et sociale. Voyons, cela doit être suivi main dans la main, et j'ai l'intention de continuer à le faire au cours des semaines et des mois ».

Selon le chef de l'Etat, qui avait parcouru les rues de Lisbonne dans la nuit du 18 mars, veille de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence au Portugal, «il y a plus de monde dans la région d'Alcântara, des jeunes, de la restauration, récemment au chômage , beaucoup d'entre eux avec l'espoir de retourner au travail ", alors que" à Santa Apolónia, il y a un déplacement de personnes, il y en a aussi plus et des Brésiliens sont apparus ".

«Ici, à Almirante Reis, moins de personnes que jamais, beaucoup moins de personnes», a-t-il conclu, soulignant cependant que pour un portrait global, il faut tenir compte du nombre de personnes dans les centres d'accueil.

Marcelo Rebelo de Sousa a salué ce souci d'accueil de la municipalité et a également souligné l'importance d'aller de l'avant avec «l'ouverture des appels d'offres pour les maisons par la mairie de Lisbonne, 100 de temps en temps 200 de plus».

Le président de la République a souhaité «voir sur le terrain» l'évolution des cas de sans-abri dans la capitale du pays, en tenant compte des effets de la covid-19 sur l'emploi, avec plus de 100 000 chômeurs au Portugal: «Et plus de chômeurs signifie, en en grande partie, comme en témoigne la crise de l'époque de la «troïka», davantage de sans-abri ».

"Et, d'autre part, aussi, parce qu'on m'a dit qu'il était important d'aller à la maintenance militaire, qui est une structure qui a servi de refuge, qu'il y ait ou non plus d'espace pour les sans-abri", a-t-il ajouté.

À Alcântara, Marcelo Rebelo de Sousa a été interrogé par une infirmière à la retraite, Maria José Tiago, qui faisait partie d'une équipe de l'association Centro de Apoio ao Homeless (CASA) et qui a appelé à la réintégration de ceux qui vivent dans la rue: «Donnez-leur les mains , s'il vous plaît, soyez humain ».

«Ces gens sont dans une situation désespérée, il y a un processus de déshumanisation dans ce pays. Je ne suis pas partisan, j'ai mes idées, mais en fait il n'est pas possible de comprendre les compartiments étanches dont souffre l'environnement institutionnel », a critiqué Maria José, qui a cependant remercié le président pour le« travail constant »en la matière.

Au cours de la nuit, le chef de l'Etat s'est entretenu avec des personnes sans espoir, comme un homme qui attendait une maison depuis des années et une femme qui lui a dit qu'elle avait perdu l'estime de soi, à qui elle a cherché à transmettre que la vie a ses hauts et ses bas et à partir un message d'optimisme.

Marcelo Rebelo de Sousa a avoué que «je ne m'attendais pas à une crise, peut-être plus profonde» que la précédente, «augmentant le nombre de sans-abri, qui avait diminué et restait environ 400 ici dans la région de Lisbonne », Où il avait atteint« plus d'un millier voire près de deux mille ».

Ce nouveau contexte «nous oblige à faire plus d'efforts», a-t-il défendu, laissant une promesse: «Jusqu'à la fin du mandat, le 9 mars à 10h00, c'est un engagement que j'ai».

IEL // EJ

Contenu Marcelo considère qu'il est peu probable qu'il mette fin au sans-abrisme d'ici 2023 apparaît pour la première fois à Visão.