Des éléments du PSP et du GNR renouent aujourd’hui avec les manifestations en raison de la subvention du risque avec une concentration devant la résidence officielle du premier ministre, à Lisbonne, pour contester les 100 euros que le gouvernement a décidé d’allouer.

La concentration, qui est organisée par l’Association syndicale des professionnels de la police (ASPP/PSP) et l’Association des professionnels de la garde (APG/GNR), est prévue à 17h00 et a lieu après que le gouvernement a fixé la subvention à 100 euros de risque des forces de sécurité.

Pendant la manifestation, les dirigeants de l’ASPP/PSP et de l’APG/GNR remettront à António Costa la proposition qu’ils avaient soumise au ministère de l’Administration intérieure (MAI) lors des négociations et qui n’a pas été acceptée par le ministère d’Eduardo Cabrita.

L’ASPP/PSP et l’APG/GNR défendent le paiement échelonné de la subvention de risque jusqu’en 2024. En janvier 2022, 200 euros seraient versés, en 2023 elle est portée à 300 euros, s’établissant en 2024 à 430 euros.

Le président de l’ASPP, Paulo Santos, a déclaré à Lusa que la manifestation vise à « manifester son mécontentement » quant à la manière dont s’est déroulé le processus de négociation avec l’AMI et la promulgation par le président de la République du diplôme de gouvernement.

Lors de la promulgation du diplôme la semaine dernière, Marcelo Rebelo de Sousa a reconnu qu’il était « en deçà des attentes » des syndicats, mais qu’il correspond à « un point de départ qui améliore la situation préexistante, dans un domaine où les revendications des les syndicats sont vieux et justes, les forces de sécurité ».

Le 3 septembre, le Conseil des ministres a approuvé la mise à jour de la part fixe du complément à l’indemnité de risque des professionnels des forces de sécurité de 31 à 100 euros.

Le ministre de l’Administration intérieure a estimé que cette augmentation représente une dépense annuelle d’environ 50 millions d’euros, étant « un effort très important » et sans comparaison dans la législature actuelle.

Les éléments PSP et GNR perçoivent un complément mensuel des forces de sécurité, qui comporte une part fixe, qui passera de 31 à 100 euros, et une part variable équivalant à 20 % du salaire de chaque élément.

La subvention de risque est l’une des principales et des plus anciennes demandes des policiers et l’attribution de ce supplément est prévue dans le budget de l’État de cette année, dans une décision des partis d’opposition et non du gouvernement.

CMP // JMR

Le contenu Des policiers protestent devant la résidence du Premier ministre contre le montant de la prime de risque apparaît d’abord à Visão.