"Les groupes parlementaires du Madem-G15 et du PRS demandent au président de l'Assemblée populaire nationale" d'accéder "à cette demande de création d'une commission d'enquête parlementaire afin d'identifier, de découvrir les auteurs, matériels et moraux, des crimes perpétrés et les circonstances dans lesquelles ils se sont produits », renvoient les deux partis dans une lettre adressée au président du Parlement.

En octobre, le Madem-G15, le PRS et l'Assemblée populaire unie – Parti démocratique de Guinée-Bissau ont organisé une manifestation à Bissau pour dénoncer la manière dont les élections présidentielles et le travail du gouvernement dirigé par Aristides Gomes étaient organisés.

La manifestation, qui a rassemblé des milliers de manifestants et a été interdite par le parquet, a été dispersée par la police guinéenne avec des gaz lacrymogènes. Un manifestant est apparu mort.

Le ministère de l'Intérieur a annoncé l'ouverture d'une enquête qui serait menée par des entités spécialisées indépendantes, mais, à l'époque, a déclaré que la mort de l'homme n'aurait pas eu lieu en raison de l'action des forces de police.

Dans la lettre adressée aujourd'hui au président du parlement, Cipriano Cassamá, le Madem-G15 et le PRS dénoncent que les forces de sécurité ont battu deux manifestants "avec plus de gravité" et un autre qui a fini par mourir.

"On ne comprend pas le silence assourdissant et l'omission de cet événement contre les violations graves des droits fondamentaux", soulignent les parties.

La demande d'enquête parlementaire intervient un jour après que le Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC) a demandé la création d'une commission d'enquête parlementaire pour attaquer le député guinéen Marciano Indi.

Le député Marciano Indi, de l'Assemblée populaire unie – Parti démocratique de Guinée-Bissau (APU-PDGB), a été enlevé et battu la semaine dernière par un groupe d'étrangers, mais a finalement été libéré après l'intervention du président du parlement national. .

Marciano Indi est connu pour sa position critique vis-à-vis du pouvoir actuel en Guinée-Bissau, à savoir le chef de l'APU-PDGB et le Premier ministre, Nuno Nabian, avec qui il était ouvertement incompatible.

Indi a défendu la continuité de son parti dans l'accord d'incidence parlementaire signé avec le PAIGC, en mars dernier, afin de créer une majorité au parlement.

Le PAIGC a remporté les assemblées législatives de mars 2019 sans majorité et a conclu un accord d'incidence parlementaire avec l'APU-PDGB, obtenant 54 des 102 sièges au Parlement.

Dès le début de la législature, Nuno Nabian, qui occupait le poste de premier vice-président du parlement, est devenu incompatible avec le PAIGC et allié à Madem-G15, la deuxième force politique du pays, avec 27 députés, et au PRS, qui a élu 21 députés.

Malgré la nouvelle alliance, quatre des cinq députés de l'APU-PDGB ont maintenu leur fidélité à l'accord d'incidence parlementaire signé avec le PAIGC.

Les deux blocs prétendent avoir la majorité au Parlement.

La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), organisation sous-régionale qui a arbitré la crise en Guinée-Bissau, a publié en avril une déclaration dans laquelle elle reconnaît Umaro Sissoco Embaló comme président du pays et exhorte les autorités à nommer un gouvernement, qui respecte les résultats électoraux, ainsi qu'une révision de la Constitution, approuvée par référendum.

Le délai de la CEDEAO pour former un nouveau gouvernement a pris fin vendredi. Le chef de l'Etat guinéen a désormais donné au Parlement jusqu'au 18 juin pour présenter une solution à la situation politique que connaît le pays.

La Guinée-Bissau connaît une nouvelle période de crise politique depuis le début de l'année, après que Sissoco Embaló, élu vainqueur des élections par la Commission électorale nationale, se soit déclaré président du pays, malgré le fait qu'une Cour suprême appel du contentieux électoral présenté par la candidature de Domingos Simões Pereira.

Après son investiture, le président guinéen a limogé le gouvernement PAIGC dirigé par Aristides Gomes et nommé Nuno Nabian, chef de l'APU-PDGB, pour former un gouvernement avec le Madem-G15, le PRS et des éléments du mouvement soutien à l'ancien président guinéen José Mário Vaz et à l'ancien premier ministre Carlos Gomes Júnior.

Domingos Simões Pereira, chef du PAIGC, n'a pas accepté la défaite au second tour des élections présidentielles de décembre et a estimé que la reconnaissance de la victoire de son adversaire est «la fin de la tolérance zéro aux coups d'État» de la CEDEAO.

L'Union européenne, l'Union africaine, l'ONU, la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP) et le Portugal ont salué la décision de l'organisation sous-régionale africaine de sortir de l'impasse qui persistait dans le pays, mais ont demandé instamment que les recommandations de la CEDEAO soient mises en œuvre, surtout celui de nommer un nouveau gouvernement respectant le résultat des derniers législatives.

La Cour suprême de justice a transmis une position sur le contentieux électoral lorsque les circonstances qui ont déterminé l'état d'urgence dans le pays, déclaré dans le cadre de la lutte contre la pandémie causée par le nouveau coronavirus, sont surmontées.

MSE // SR

Le contenu que Madem-G15 et le PRS appellent à une commission d'enquête sur la mort d'un citoyen manifestant à Bissau apparaît d'abord à Visão.