Le gouvernement de Macao a exprimé aujourd’hui son « ferme rejet » du rapport de l’Union européenne (UE) qui pointe la restriction des droits et libertés en 2021 dans la région administrative spéciale chinoise.

Le gouvernement a également exhorté l’UE à « cesser de s’ingérer dans les affaires intérieures de la Chine, à savoir la MSAR [Região Administrativa Especial de Macau]”.

« Au cours des plus de 20 années de retour de Macao à sa mère patrie, la mise en œuvre du principe » Un pays, deux systèmes « , avec les caractéristiques de Macao, a obtenu une reconnaissance internationale, créant l’un des meilleurs scénarios de développement jamais réalisés dans lequel les résidents de Macao profitent pleinement les droits et libertés conférés par la Constitution et la Loi fondamentale, des faits indéniables », a-t-il déclaré dans un communiqué.

La mise en œuvre du principe « un pays, deux systèmes » à Macao « a porté atteinte aux droits politiques et aux libertés fondamentales du peuple » du territoire, a accusé Bruxelles dans le dernier rapport sur l’évolution politique et économique de cette région administrative, publié vendredi .

Dans le domaine politique, les élections pour la constitution de la septième Assemblée législative de la Macao en septembre ont mérité une attention particulière dans le document européen.

« Pour la première fois, les autorités de Macao ont disqualifié 21 candidats pour non engagement d’allégeance à la Macao ou pour non soutien à la Loi fondamentale », souligne la charte constitutionnelle du territoire, dans le texte, dans lequel la disqualification de 15 candidats est rappelée. le camp pro-démocratie de Macao.

Le texte reconnaît également que, « bien que la Loi fondamentale et d’autres actes législatifs ne prévoient pas l’introduction du suffrage universel », l’UE continue d' »encourager les autorités de Macao à encourager une plus grande implication du public dans les élections au poste de chef du l’exécutif et l’Assemblée législative.

Le rapport, en revanche, pointe, de manière particulièrement détaillée, les « difficultés croissantes auxquelles sont confrontés les médias à Macao pour exprimer un large éventail d’opinions », ainsi que « la pratique de l’autocensure croissante ».

Les rapporteurs européens rappellent les inquiétudes de l’Association de la presse portugaise et anglaise de Macao face à la directive qui empêchait les journalistes de la télévision et de la radio publiques « de transmettre des informations ou des opinions contraires à la politique du gouvernement central de la République populaire de Chine ».

La direction de TDM a « encouragé » les membres du personnel à « respecter le principe d' »aimer le pays et aimer Macao » et « les commentaires et informations liés à la commémoration du 4 juin [do massacre de Tiananmen em 1989] auraient été censurés sur deux programmes d’actualité », note le rapport.