1.
Si vous êtes élu président du PSD, le 28, quelle sera votre première mesure ?

ML
La première mesure que je prendrai, après le 28 mai, est de préparer le congrès où j’assumerai le rôle de président du PSD, ce qui signifie, pour moi, constituer des équipes et garantir l’unité, la cohésion et la régénération du parti.

JMS
Je vais commencer à préparer le gouvernement fantôme à présenter au congrès du PSD en juillet.

deux.
Allez-vous proposer de modifier certaines lignes programmatiques du parti ?

ML
Je n’exclus pas cette possibilité suite au processus de révision statutaire que nous allons promouvoir l’année prochaine. Mais ce n’est pas une priorité, car le programme PSD n’est pas dépassé.

JMS
Le PSD ne fait pas face à une crise d’identité, mais il fait face à une crise de modernité. Il est urgent de mettre à jour les lignes programmatiques approuvées en 2012. Dix ans ont passé et, au cours de cette décennie, nous avons assisté à des changements mondiaux sans précédent. Nous lancerons un processus, ouvert à toute la société, pour mettre à jour nos lignes programmatiques, à approuver lors d’un congrès extraordinaire.

3.
Quel rôle aurait le Conseil stratégique national (CEN), réformé par Rui Rio, dans sa direction ?

ML
Profitons du travail accompli et transformons le CEN (avec l’Institut Sá Carneiro et les différents bureaux d’études) en un groupe de réflexion de premier plan dans l’espace non socialiste.

JMS
Le CEN, qui est, en pratique, le Bureau d’Etudes du PSD (dans une version élargie), était une bonne initiative qui, évidemment, devra continuer, sous telle ou telle appellation. L’Institut Sá Carneiro devrait être chargé d’opérationnaliser, en partenariat avec des institutions nationales et internationales, des programmes de formation en leadership des politiques publiques, dont la participation sera obligatoire pour tous les candidats aux élections municipales, législatives et européennes.

4.
Qu’auriez-vous fait différemment dans le parti au cours des six dernières années ?

ML
Je suis motivé pour faire les choses différemment à l’avenir. Entre autres choses, nous allons créer le Movimento Acreditar (États généraux) qui impliquera des indépendants et discuter de l’élaboration d’un programme électoral qui sera prêt en 2024 pour être rendu public et clarifié dans les deux années suivantes, évidemment adapté aux évolution de la situation. Pour gagner les élections de 2026, qui est notre principal objectif, le PSD doit prendre le temps d’expliquer son projet.

JMS
Dans cette élection, je ne parle que de l’avenir.

5.
Qu’est-ce qui vous distingue de Luís Montenegro / Jorge Moreira da Silva ?

ML
Il y a certainement beaucoup de choses qui nous distinguent et beaucoup qui nous rassemblent. Mais je ne vais pas faire d’évaluation personnelle de l’un ou de l’autre. Pour ma part, je me concentre sur la conduite d’une opposition ferme et exigeante et sur la construction d’une alternative crédible et mobilisatrice. Mon objectif est que les Portugais distinguent le PSD du PS et qu’ils nous choisissent pour gouverner le Portugal.

JMS
C’est aux militants de faire ce bilan. Je ne fais que souligner mes avantages. Ma vision du pays et du monde est bien connue. Cela se reflète dans les rapports que j’ai coordonnés à l’OCDE et dans mon groupe de réflexion Platform for Sustainable Growth, ainsi que dans le livre Right to the Future, que j’ai présenté il y a six mois. Au cours de mes différents mandats au sein du gouvernement et dans des rôles internationaux (au Parlement européen, à l’ONU et à l’OCDE), j’ai pensé et conçu des politiques, mené des réformes et obtenu des résultats. Un leader capable de critiquer le gouvernement ne suffit pas. Vous avez besoin de quelqu’un qui a un plan pour le Portugal.

6.
Comment le PSD doit-il se positionner par rapport aux partis à sa droite ?

ML
Le PSD doit se positionner comme la maison qui attire et agrège les gens qui ont l’habitude de voter pour nous, les gens qui se sont abstenus, d’autres qui ont voté pour le PS, et qui sont en train de déchanter, et naturellement beaucoup qui ont voté pour notre droite parce qu’ils ne croyaient pas que nous étions une véritable alternative au PS. C’est notre seul objectif : être une alternative au PS !

JMS
Le PSD doit se concentrer sur l’opposition au PS. Plus qu’une discussion datée sur le positionnement du PSD comme parti du centre ou comme parti de droite, il est essentiel de positionner le PSD comme le vaste espace qui unit tous les réformistes et qui réunit sociaux-démocrates et sociaux-libéraux ; qui se distingue du PS par sa vocation réformiste ; qui se distingue des autres partis de notre droite à représentation parlementaire, de ne pas être un parti de niche, et, surtout, qui n’admet, en aucun cas, de dialoguer et de négocier avec des forces populistes et extrémistes, comme Chega.

7.
Y aura-t-il des changements dans la direction du groupe parlementaire ?

ML
La direction du groupe parlementaire est élue par les députés et doit effectuer son travail en articulation et coordination permanente avec la Commission politique nationale. Nous évaluerons tous dans quelle mesure ces conditions sont remplies.

JMS
Le groupe parlementaire a élu, avec un vote très expressif, le Prof. Paulo Mota Pinto comme leader parlementaire, à qui tous les Portugais reconnaissent l’intégrité et la haute qualité politique et professionnelle. Une fois élu, je parlerai immédiatement avec le leader parlementaire pour discuter de l’articulation entre la direction nationale et la magistrature.

8.
Pourquoi voulez-vous être leader du PSD ?

ML
Je me sens obligé de remplir la mission de reconstruire le PSD et, à travers lui, de donner au Portugal une nouvelle majorité et un nouveau gouvernement. J’abandonnerai la vie tranquille que j’ai avec ma famille et mes amis et j’interromprai également ma vie professionnelle à son meilleur moment. Mais je ne m’en plains pas.

JMS
En politique, le contexte est primordial. Et le contexte ne pouvait pas être pire. Nous vivons le moment le plus exigeant des 70 dernières années, et au Portugal, nous sommes confrontés à une tempête parfaite : le monde a changé à une vitesse incroyable, le pays n’a pas mis à jour ou réformé, et il n’a pas pu compter sur le potentiel de transformation du PSD. Notre modèle de développement n’est ni viable ni durable. Nous vivons sur le crédit de la planète et de nos enfants, alors que nous n’osons pas résoudre des problèmes structurels déjà devenus chroniques. Je postule avec un projet capable de refonder le PSD, de libérer le potentiel de croissance durable au Portugal et de faire en sorte que les Portugais retrouvent pleinement leur Droit à l’Avenir.

9.
Quelles sont vos plus grandes références, nationales ou internationales, en politique ?

ML
En tant que premiers ministres, au niveau national, Cavaco Silva et Passos Coelho. Au niveau international, Margaret Thatcher, pour le courage avec lequel elle a mené ses mandats, et Barack Obama, pour l’exemple de la mobilisation autour du leadership.

JMS
Mes références politiques ne sont pas associées à des personnalités, mais à des courants de pensée et des lignes programmatiques. La social-démocratie moderne doit désormais intégrer le changement programmatique le plus pertinent de ces 30 dernières années : le développement durable. En termes de leadership, je suis guidé par le modèle du leader serviteur. Les dirigeants qui supposent que l’objectif principal est de servir les autres ; qui placent les aspirations des citoyens au premier plan et mesurent leur succès par l’impact qu’ils ont sur la vie des gens. Ce modèle est bien loin des modèles anachroniques de charisme centrés sur la rhétorique, le cabotinage ou l’étalage de pouvoir.

dix.
Que faites-vous pendant votre temps libre?

ML
Je pratique divers sports, je lis et je passe du temps avec ma famille et mes amis, souvent en cuisinant. Depuis quelques années, je dévore quelques séries sur Netflix.

JMS
La notion de temps libre ou de passe-temps est très discutable. Ce qui compte, c’est d’avoir la discipline de toujours créer des espaces de nos jours, même lorsqu’ils existent à peine, pour penser et faire autre chose, en plus des activités professionnelles et de la vie de famille. Dans mon cas, je prends beaucoup de plaisir à lire, à faire de la musique et à faire du sport.

11.
Quel est le dernier livre que tu as lu?

ML
En même temps, j’ai lu A Noiva do Meio Oriente, de Paula Raposo Esteves, et A Política em Tempos de Indignation, de Daniel Innerarity.

JMS
Crossroads (Jonathan Franzen) et O Retorno (Dulce Maria Cardoso).

12.
Si vous ne gagnez pas les prochaines élections, que ferez-vous ?

ML
La seule chose que je sais faire : travailler. Dans les projets auxquels je participe et, en particulier, en droit. Mais je vais devoir les arrêter, parce que je vais gagner ces élections.

JMS
Je pense juste au scénario gagnant.

13.
Quel est selon vous le plus grand défi du Portugal pour cette décennie ?

ML
Retour au premier plan en Europe. Nous avons les conditions pour être parmi les meilleurs, mais le socialisme nous pousse vers la queue de l’Europe. Et ce n’est pas une abstraction. Cela se traduit par une perte de qualité de vie, de bien-être et une augmentation des inégalités sociales.

JMS
Notre plus grand défi est la croissance durable. En d’autres termes, il est urgent de croître économiquement, de lutter contre les inégalités sociales et territoriales, de réduire la dette et de protéger l’environnement. Nous devons mener une vague de réformes capables de placer le Portugal en tête du classement des Nations Unies pour le développement durable, de l’indice de développement humain des Nations Unies, de l’indice du bien-être de l’OCDE et au-dessus de la moyenne européenne du PIB par habitant. Comme en témoignent les performances de pays de notre taille, comme les Pays-Bas, le Danemark, l’Irlande et la Finlande, si nous abandonnons le somnambulisme qui nous affecte depuis des décennies et si nous prenons notre retraite, nous aurons toutes les conditions pour concourir et gagner sur une scène internationale. échelle.

14.
Si vous pouviez faire deux réformes dans le pays, lesquelles seraient-elles ?

ML
Dans le système de santé et dans la fiscalité.

JMS
Le problème est plus vaste que cela. Nous avons besoin d’une vague de réformes, notamment dans les fonctions de l’État, dans la garantie de l’accès à des services de santé de qualité, dans la pérennité de la Sécurité sociale, dans les qualifications et la numérisation, dans la régulation de l’avenir du travail, dans le système politique, dans la fiscalité, dans la lutte contre la corruption, dans la décarbonisation de l’économie, dans la rémunération du capital naturel et dans le marché locatif.

15.
Deux ou trois politiques jeunesse que vous appliqueriez.

ML
Impôt sur le revenu maximum de 15%, jusqu’à 35 ans; l’accès universel à l’éducation préscolaire de 0 à 6 ans ; programme de logements à coûts maîtrisés (qu’il s’agisse de location ou d’achat).

JMS
Les politiques traditionnellement associées à la politique de la jeunesse – faire de l’éducation le véritable moteur de l’égalité des chances, favoriser l’emploi des jeunes, lutter contre la précarité au travail et assurer l’accès à un logement décent – sont cruciales, et dans mon programme elles font l’objet de réformes concrètes. Mais nous devons aller au-delà. Bien que moins associés aux questions de jeunesse, ce sont bien la croissance de l’économie, la lutte contre le changement climatique, la réduction de la dette publique et la garantie de pérennité de la sécurité sociale qui réhabilitent le droit à l’avenir des générations futures, auxquelles nous endossent une gigantesque hypothèque.

16.
Quelle est votre position sur l’euthanasie ?

ML
Je préconise depuis de nombreuses années la tenue d’un référendum. C’est un sujet sur lequel j’ai quelques doutes, mais j’ai tendance à être contre. C’est, en fait, une question de conscience, et nous, au PSD, jouissons de la diversité et de la liberté d’opinion.

JMS
Elle doit faire l’objet d’un vote par référendum, dans le cadre d’un débat éclairé et largement participatif. Bien que ce soit une question qui – comme tout le monde – me défie et soulève d’immenses doutes, en ce moment je voterais contre, lors de ce référendum.

17.
Imposeriez-vous la parité dans votre gouvernement ?

ML
Comme imposition, non. Le gouvernement doit être constitué par compétence organique et adéquation. Je ne constituerai jamais un gouvernement « pour la photographie ». Je choisirai des hommes et des femmes sans penser à leur condition et je reconnais que l’équilibre entre les sexes favorise la qualité des décisions politiques.

JMS
Oui. Je défends la parité dans les partis et au gouvernement. La participation des femmes à la vie politique n’est pas une concession condescendante ; c’est l’occasion de nuancer la politique.

18.
Quel doit être l’objectif du PSD pour les prochaines élections européennes de 2024 ?

ML
Gagner.

JMS
gagner.

Le contenu Luís Montenegro VS. Jorge Moreira da Silva : Les candidats à la direction du PSD répondent à l’enquête VISÃO apparaît en premier dans Visão.