La position de l'Assemblée européenne est contenue dans une résolution adoptée aujourd'hui, lors de la session plénière tenue à Bruxelles, avec 534 voix pour, 25 contre et 122 abstentions.

Dans le texte approuvé, les députés, rappelant d'autres révélations faites ces dernières années, comme "Panama Papers", "Lux Leaks" et "Paradise Papers", avertissent que ces scandales "ont ébranlé à plusieurs reprises la confiance des citoyens" dans les systèmes financiers et Les autorités fiscales européennes, demandant que des mesures soient prises pour restaurer la confiance du public, pour garantir l'existence de régimes fiscaux justes et équitables et pour garantir la justice fiscale.

Dans le cas spécifique de «Luanda Leaks», le Parlement européen demande à l'ABE d'ouvrir une enquête visant spécifiquement à «évaluer si des violations de la législation nationale ou de l'UE ont eu lieu et analyser les mesures prises par les autorités de surveillance financière».

Dans la résolution adoptée aujourd'hui, le PE salue le plan d'action présenté cette semaine par la Commission européenne en vue de renforcer la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, qui définit les étapes successives et les propositions qui doivent être présentées au cours des 12 prochains mois.

Pour les députés européens, la lutte contre le blanchiment d'argent et la corruption "doit commencer dans l'UE elle-même" et elle doit "s'attaquer sérieusement à ses propres problèmes internes, notamment en ce qui concerne ses juridictions en matière de secret bancaire et de fiscalité réduite".

Parmi une série de recommandations, le Parlement invite les États membres à enquêter de manière "exhaustive et transparente" sur tous les cas de blanchiment de capitaux et délits connexes et à être à l'affût des délits liés à Covid-19, tels que la fraude, cybercriminalité, détournement de fonds et détournement de fonds publics et aide financière internationale.

Le Consortium international de journalisme d'investigation a révélé le 19 janvier plus de 715 mille fichiers, sous le nom de «Luanda Leaks», qui détaillent les stratagèmes financiers présumés d'Isabel dos Santos et de son mari qui leur auront permis de retirer de l'argent du trésor public angolais par des paradis fiscaux.

ACC // EA

Luanda Leaks: le contenu de PE demande à l'Autorité bancaire européenne d'ouvrir une enquête apparaît d'abord à Visão.