Le chef d’orchestre et compositeur italien, élève de Nino Rota, est l’un des principaux chercheurs actuels du répertoire baroque.

Cet opéra a été reporté de la saison précédente de l’opéra portugais, en raison d’obstacles liés au covid-19.

La soprano Ana Quintans joue le rôle de la princesse Ginevra et, s’adressant à l’agence Lusa, a déclaré que « bien qu’un peu frustrante, la version semi-mise en scène est, en même temps, un défi ». Quintans était « très heureux » de revenir sur la scène de S. Carlos et pour ce théâtre « de faire un répertoire moins habituel, à savoir un opéra du XVIIIe siècle ».

« Mieux vaut cette version semi-mise en scène, mais elle comprend un décor, des costumes, des accessoires…, que de ne pas faire », a-t-il soutenu.

S’agissant d’une version semi-scénique (par Mario Pontiggia, ancien directeur de production de l’Opéra de Monte-Carlo), l’orchestre de 27 musiciens sera sur scène et les chanteurs se présenteront sur une scène supérieure, a expliqué le chanteur, évoquant qu’ils chanter dans cette présentation, « dans un accordage moderne et pas de l’époque ».

« Nous allons chanter au diapason 442, c’est-à-dire un demi-pas au-dessus » de ce qui serait chanté lorsque Haendel créa l’opéra en 1735, à Londres, à Covent Garden, inaugurant sa première saison dans cette salle de concert.

La soprano a cependant souligné l’invitation faite par S. Carlos au chef d’orchestre italien Antonio Florio, qui a travaillé sur ce type de répertoire, et qui a considéré « un atout dans cette interprétation de ‘Ariodante’ ».

Musicologue, compositeur et chef d’orchestre Antonio Florio, fondateur de la Cappella della Pietà de’Turchini, en 1987, également connue sous le nom d’Ensemble I Turchini, et de la Cappella Neapolitana, plus récemment, pionnière dans le sauvetage du répertoire napolitain le plus oublié, fait ses débuts au Théâtre National de São Carlos, en dirigeant cette production.

Florio, qui a étudié la composition avec Nino Rota, a également étudié les instruments anciens et l’interprétation baroque. Depuis les années 1980, il mène des recherches sur le baroque italien, en particulier dans la région de Naples, et a donné des séminaires et enseigné des « masterclasses » sur la musique baroque, vocale et de chambre.

Il enseigne la musique de chambre au Conservatoire San Pietro a Majella de Naples, dans le sud de l’Italie, où il donne un cours de style et de répertoire baroques.

La production qui sera présentée à S. Carlos, mardi et jeudi prochains, à 21 heures, est une version de deux heures, réduite de l’opéra original en trois actes.

« Tous les rôles ont été coupés, sans enlever le drame de l’opéra », qui relate l’exaltation de Ginevra avec le prince Ariodante. Un roman qui a l’approbation du père de Ginevra, roi d’Écosse. Cible d’intérêt du duc d’Albany, Polinesso, qui convoite le trône, et malgré le rejet de ses avances, Ginevra finit par être impliquée dans une intrigue qui lui fait perdre la confiance de son père, et est arrêtée. « Mais tout se passe bien, la vérité est rétablie et Ginevra retrouve son rôle, malgré la mort d’Ariodante. »

En ce sens, a souligné Ana Quintans, son « caractère est très riche, commençant dans un état de bonheur, de grande harmonie ; elle est amoureuse et réciproque, elle a l’approbation de son père, mais est plus tard impliquée dans des intrigues, elle perd la confiance de son père, elle est emprisonnée, jusqu’à ce qu’elle soit rachetée et que tout se termine bien ».

« J’ai de grands airs, récitatifs, accompagnés et secs, et vivants », a déclaré la soprano à Lusa, qui a félicité le reste de la distribution, composé de Yuriy Minenko, Sreten Manojlovic, Eduarda Melo, Marco Alves dos Santos, João Rodrigues et Cecilia Molinari , qui fait ses débuts à Lisbonne, dans l’interprétation d’un opéra de Haendel.

Molinari joue le rôle du prince Ariodante, et Ana Quitans a souligné à Lusa sa « sensibilité, la technique qu’elle utilise, celle de Rossini, le collier, très expressif sur scène et vocalement ».

Présenter cette version semi-mise en scène de l’opéra « est un défi », bien que « la musique de Haendel nous permette de surmonter de petites difficultés » résultant de l’absence d’une mise en scène complète. L’œuvre est très riche et contient en elle-même de nombreux détails qui deviennent plus évidents lorsqu’elle est entièrement mise en scène.

« Ariodante » fait ses débuts sur la scène de l’opéra lisboète 286 ans après ses débuts à Londres et plus d’un demi-siècle après sa reprise pour le répertoire lyrique actuel, et son passage sur les principales scènes européennes, où il s’affirme, avant tout, avec des performances de chanteuses telles que Janet Baker, Edith Mathis, Lorraine Hunt Lieberson, Anne Sophie von Otter, Lynne Dawson, Ann Murray et, plus récemment, Joyce DiDonato.

Ana Quintans a déclaré qu’« il n’y a pas de tradition pour que ce type d’opéra se produise à S. Carlos ».

L’intérêt pour la musique du XVIIe siècle, du XVIIIe siècle, a commencé dans les années 1960, a rappelé la soprano, qui a participé en août au concert inaugural, à Lisbonne, de l’Orquestra Real Câmara, un nouveau projet de musique ancienne conçu par des Portugais. les musiciens.

NL // MAG

Le contenu Ópera « Ariodante » de Haendel est créé au Teatro S. Carlos, dirigé par Antonio Florio, apparaît d’abord dans Visão.