Aujourd’hui, les Nations Unies rendent hommage à Jorge Sampaio, lors d’une cérémonie au cours de laquelle le Portugal cherche à poursuivre l’idée lancée par l’ancien président portugais de créer un mécanisme de réponse rapide aux situations d’urgence dans l’enseignement supérieur.

La cérémonie, organisée par l’Alliance des civilisations, dont Sampaio a été le premier haut représentant, et par la mission portugaise auprès de l’ONU, est « assumée par tous les pays des Nations Unies en raison de la pertinence des fonctions » que Jorge Sampaio exercé dans l’organisation et les résultats de son travail dans le cadre des Nations Unies », a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Augusto Santos Silva, à l’agence Lusa, dans des déclarations téléphoniques depuis New York.

Intitulée « La solidarité n’est pas facultative, c’est un devoir » – une phrase que Jorge Sampaio a écrite dans son dernier article -, la cérémonie comprend des interventions du secrétaire général de l’ONU, António Guterres, l’actuel haut représentant de l’Alliance des civilisations et du ministre portugais .

Elle compte aussi, entre autres, les interventions du président turc, Recep Tayiip Erdogan, et de l’ancien Premier ministre espagnol José Luis Zapatero, les deux dirigeants qui, en 2005, et suite aux attentats du 11 septembre, ont proposé la création de l’Alliance des civilisations pour promouvoir le dialogue et la coopération internationaux, interculturels et interreligieux.

Lors de la cérémonie, a déclaré le ministre portugais, « le rôle que Sampaio a joué dans la recherche de » solutions pour soutenir les étudiants de l’enseignement supérieur qui voient leurs études interrompues par des conflits dans leur pays d’origine en raison de persécutions, violences, ou autres sera en jeu. les raisons ».

Santos Silva a rappelé que Jorge Sampaio a fondé en 2013 la Plateforme mondiale pour les étudiants syriens, pour permettre à ces étudiants de poursuivre leurs études au Portugal, interrompues par la guerre civile dans leur pays.

En collaboration avec le ministère des Affaires étrangères, Sampaio a ensuite travaillé « pour évoluer, d’un exemple portugais réussi, vers un mécanisme de réponse rapide aux situations d’urgence dans l’enseignement supérieur ».

« Le meilleur hommage que nous puissions rendre aux hommes d’État est de continuer à travailler dans la direction qu’ils ont ouverte », a souligné le ministre, ajoutant que l’objectif du Portugal est que, parmi les mécanismes de coopération et d’aide humanitaire disponibles dans le système des Nations Unies, il y en ait un spécifiquement adressée au cas des étudiants de l’enseignement supérieur touchés par un conflit.

L’idée est que ce mécanisme international cherche à soutenir, avec des bourses et un accueil dans des universités de différents pays, les étudiants qui sont en conflit, les persécutions et la violence les empêchent de poursuivre leurs études dans leur pays, a-t-il expliqué.

Le chef de la diplomatie portugaise a ajouté qu’aujourd’hui également, « par hasard », la Norvège et le Niger organisent une discussion au Conseil de sécurité de l’ONU consacrée à l’éducation dans les situations d’urgence, à laquelle Santos Silva participera en tant que représentant du gouvernement portugais.

Jorge Sampaio, décédé le 10 septembre à l’âge de 81 ans, a été président de la République pendant deux mandats, entre 1996 et 2006.

Après la fin de son second mandat, et toujours en 2006, Jorge Sampaio était l’Envoyé spécial des Nations Unies pour la lutte contre la tuberculose et, un an plus tard, il était invité à occuper le poste de Haut Représentant des Nations Unies pour le dialogue des civilisations, jusqu’en 2013 .

Cette année-là, il a créé la Plate-forme mondiale pour les étudiants syriens.

L’un de ses derniers actes publics a été, en août, lorsque les talibans sont revenus au pouvoir en Afghanistan, d’annoncer dans un article publié dans le journal Público, un renforcement de la plateforme de soutien aux étudiants syriens pour donner des bourses aux jeunes filles afghanes.

FPA/MSP // MAG

Le contenu de l’ONU honore aujourd’hui Jorge Sampaio pour son rôle dans le soutien aux réfugiés dans l’enseignement supérieur apparaît en premier à Visão.