Dans un rapport publié aujourd'hui, avec des perspectives intermédiaires, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) améliore son estimation avancée de 1,5 point de pourcentage en juillet, tout en signalant que le PIB mondial augmentera de 5% en 2021, soit deux dixièmes de moins que qu'il y a deux mois.

C'est sur ce scénario que va travailler l'institution basée à Paris.

Selon l'OCDE, si la confiance des entreprises et des consommateurs augmente plus rapidement que prévu, les nouvelles flambées de coronavirus ne nécessiteront que des mesures de confinement légères et localisées.

Si un traitement ou un vaccin est découvert plus tôt que prévu, le PIB pourrait augmenter de 7% en 2021 et le commerce de 6%, ajoute-t-il.

En revanche, si l'incertitude est plus grande que prévu et que les flambées s'intensifient, la croissance du PIB pourrait baisser de 2,5 ou 3 points et le commerce mondial chuterait jusqu'à 7% l'année prochaine.

En 2021, la perte globale de revenus passerait à sept milliards de dollars (environ 5,8 milliards d'euros), un chiffre qui, si la situation s'améliorait, pourrait être ramené à quatre milliards et que s'il s'aggrave, il pourrait atteindre 11 milliards.

«Le monde est confronté à son ralentissement le plus dramatique depuis la Seconde Guerre mondiale. Il n'y a aucun moyen de l'assouplir », a déclaré l'économiste en chef de l'OCDE Laurence Boone, dans la présentation des données, soulignant que moins de consommation, de production et d'investissement conduisent inévitablement à moins de travail.

L'OCDE admet que ses calculs sont toujours soumis à l'évolution de la covid-19 et aux mesures d'endiguement adoptées par différents gouvernements.

Pour le G20 dans son ensemble, la projection de l'organisme est une baisse de 4,1% du PIB, améliorant 5,7% de juin dans son scénario le plus optimiste, et l'augmentation 2021 de 5% de deux dixièmes. , 7%.

Seule la Chine, selon les données, enregistre dans les deux cas une croissance de son PIB de 1,8% cette année et de 8% l'année prochaine, une révision à la hausse de 4,4 points et 1,2 point de pourcentage, conduit par son contrôle rapide du virus et en étant le premier pays touché.

Dans le G20 restant, la crise sanitaire représentera une baisse du PIB, les pays les plus touchés étant l'Afrique du Sud (11,5%), l'Argentine (11,2%), l'Italie (10,5%) et le Mexique (10,2%) .

Pour le Royaume-Uni (-10,1%), la France (-9,5%), l'Allemagne (-5,4%) et la zone euro (-7,9%), l'OCDE améliore ses projections d'un point, soit 3,5 points pour les USA (-3,8%), ces pays ne sortant pas de la zone rouge du comportement du PIB.

La pandémie de covid-19 a déjà fait au moins 929 391 morts et plus de 29,3 millions de cas d'infection dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence française AFP.

La maladie est transmise par un nouveau coronavirus détecté fin décembre à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

Après que l'Europe ait succédé à la Chine comme centre de la pandémie en février, le continent américain est désormais celui qui compte le plus de cas confirmés et le plus de décès.

ICO // EA

Le contenu de l'OCDE améliore les prévisions pour 2020, mais prédit qu'une lente reprise économique apparaît en premier dans Vision.