"Nous voulions fêter 20 ans, mais ce sera la moitié des films (initialement prévus), que nous compenserons avec les films qui étaient en avant-première", a déclaré à Lusa Candela Vargas, présidente du Cineclube de Tavira.

La pandémie a raccourci la durée de l'exposition, la limitant aux week-ends du 17 juillet au 16 août, mais la première se produit dans un effort simultané avec le Festival international du film et de la littérature d'Olhão (FICLO), avec «trois nouveautés en compétition, sur le thème du voyage », a-t-il souligné.

Vendredi 17 juillet, «The Good Girls», de la Mexicaine Alejandra Márquez Abella, est présentée pour la première fois au Portugal, un voyage de la classe supérieure mexicaine qui «tente de conserver son statut lorsqu'elle commence à perdre son argent».

Le samedi 18 juillet, le drame norvégien «Out Stealing Horses», de Hans Petter Moland, est programmé pour un voyage physique qui devient un voyage dans le passé, lorsque le personnage rencontre quelqu'un de son adolescence et «comprend diverses situations» leur propre vie et celle de leurs parents ».

Dimanche 19 juillet, c'est au tour du film franco-belge "Adoration", de Fabrice du Welz, qui illustre un voyage de deux adolescents, sans trop se faire une idée des conséquences que ce voyage à travers le monde adulte peut entraîner, de "grande beauté" Plastique ".

Le reste de la programmation de la Mostra se fait entre les films récents et la reprise des classiques, avec un accent particulier sur l'Italie – le pays invité de FICLO – avec «Viagem em Itália» de Roberto Rossellini (dimanche 26 juillet) et la comédie dramatique «La Dolce Vita» / «A Doce Vida», de Federico Fellini (8 août), dont ce dernier peut avoir «une musique interprétée par la Banda Filarmónica de Tavira».

La comédie «O Charme Discreto da Burguesia», un film de Luis Buñuel de 1972, termine la liste des classiques le 14 août.

Le reste du programme de juillet est réalisé avec le drame espagnol «O Que Arde», d'Oliver Laxe (24 juillet) et la comédie roumaine «La Gomera» / «A Ilha dos Silvos», de Corneliu Porumboiu (25 juillet) .

L'exposition suit en août avec le drame canadien «Matthias & Maxime», le plus récent de Xavier Dolan (7 août), qui précède la projection, le 9, du documentaire autobiographique «Varda Par Agnes», dernière œuvre d'Agnès Varda (le réalisateur qui avait prévu la "nouvelle vague"), tourné avec son assistant Didier Rouget.

Suivi du roman français "Portrait de la jeune fille en flammes", de Céline Sciamma (15 août), le film le plus regardé dans les cinémas dans les semaines qui suivent l'accouchement, selon les statistiques officielles, et se termine par la comédie palestinienne Elia Suleiman, «It Must Be Heaven» (16 août), le dernier film du réalisateur.

Cette année, en plus de ramener les sièges de 250 à environ 70, les cinéphiles doivent faire de l'hygiène des mains, il n'y aura pas de pause régulière et les ventes de billets seront électroniques, pour s'assurer que les recommandations des autorités sanitaires sont respectées .

Les séances ont toutes lieu à 21h30 et les films sont sous-titrés en portugais et en anglais, sauf si la version originale est dans une de ces langues, ce qui reflète «l'afflux habituel de publics étrangers dans cette exposition».

Les billets coûtent 5,50 euros pour le grand public et 3 euros pour les membres, avec un ticket week-end de 15 euros pour le public et 8 euros pour les membres.

PYD // MAG