Les autorités nordiques ont annoncé aujourd'hui avoir détecté ce mois-ci des niveaux de radioactivité légèrement accrus en Europe du Nord, les Pays-Bas ayant avancé leur puissance en raison du dysfonctionnement d'une centrale nucléaire russe.

Cette possibilité a toutefois été rejetée par un porte-parole de l'opérateur russe d'énergie nucléaire Rosenergoatom, qui a assuré, dans des déclarations à l'agence de presse Tass, qu'aucun problème n'avait été signalé.

L'usine de Leningrad, près de Saint-Pétersbourg, et Kola, près de la ville septentrionale de Mourmansk, "fonctionnent normalement, avec des niveaux de rayonnement conformes aux normes", a-t-il ajouté.

Des observateurs finlandais, norvégiens et suédois de la sécurité nucléaire ont déclaré cette semaine avoir détecté de petites quantités d'isotopes radioactifs inoffensifs pour l'homme et l'environnement dans certaines parties de la Finlande, du sud de la Scandinavie et de l'Arctique.

L'Autorité suédoise de sécurité radiologique a déclaré mardi qu'il n'était pas possible pour l'instant de "confirmer la source de l'augmentation des niveaux" ou l'origine d'un nuage contenant des isotopes radioactifs qui survoleraient le ciel en Europe du Nord.

Les autorités finlandaises et norvégiennes n'ont pas non plus spéculé sur la source possible des niveaux modifiés de radioactivité, mais l'Institut national néerlandais pour la santé publique et l'environnement a déclaré vendredi que les données montrent que «les radionucléides (isotopes radioactifs) proviennent de vers l'ouest de la Russie ».

«Les radionucléides sont artificiels, c'est-à-dire qu'ils ont été créés par l'homme. La composition des nucléides peut indiquer des dommages à un élément combustible dans une centrale nucléaire ", a déclaré l'organisme néerlandais, ajoutant que" l'origine spécifique ne peut être identifiée en raison du nombre limité de mesures ".

La secrétaire exécutive de l'Organisation du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires, Lassina Zerbo, a déclaré dans un message publié vendredi sur Twitter que les capteurs de surveillance des rayonnements de l'organisation en Suède ont détecté une légère augmentation de divers isotopes inoffensifs dans le l'espace aérien nord-ouest européen.

Un porte-parole de l'opérateur russe Rosenergoatom, qui n'a pas été identifié dans les informations publiées aujourd'hui par Tass, a déclaré que les niveaux de rayonnement dans les centrales électriques de Leningrad et de Kola et dans les environs "sont restés inchangés en juin" et "qu'aucun changement n'a été observé jusqu'à présent. ».

«Les deux centres fonctionnent dans un régime normal. Il n'y a eu aucune plainte concernant les performances de l'équipement », a déclaré la même source, ajoutant qu '« aucun incident de rejet de radionucléides par les structures de confinement n'a été signalé ».

PMC // EL

Le contenu d'Europe du Nord détecte des niveaux élevés de radioactivité et la suspicion d'une plante russe apparaît en premier dans Vision.