Cinq anciens présidents du conseil médical général ont rejoint le chef actuel de l'entité dans une lettre ouverte adressée à la ministre de la Santé Marta Temida l'exhortant à changer la stratégie du système national de santé SNS avant que d'autres patients ne subissent des chirurgies retardées, des rendez-vous annulés et la vie. -des frustrations menaçantes en raison de l'accent mis sur Covid-19.

«Il n'y a pas de tragédie plus grande que celle-ci», affirment Miguel Guimarães, Gentil Martins, Carlos Ribeiro, Germano Sousa, José Manuel Silva et Pedro Nunes (il n'y a pas si longtemps en charge des hôpitaux de l'Algarve).

Traditionnellement considérés comme soutenant les politiques de centre-droit du PSD, ces médecins largement éminents affirment que le SNS n’a tout simplement pas la capacité de répondre aux besoins des patients dans une deuxième vague du virus.

Les six médecins soulignent que la première vague a vu 100 000 chirurgies, six millions de consultations et 17 millions d’examens «suspendus». L'angoisse que cela provoquait chez les patients était indescriptible. Le message est le suivant: cela ne peut pas être autorisé à se produire une seconde fois – d’autant que le système de santé «commence seulement à se remettre des perturbations de ces derniers mois».

Expliquez les rapports, les médecins soulignent que les médecins généralistes ont vu leur temps occupé avec trop de contingences liées à Covid (par exemple s'impliquer dans le système TraceCovid, être appelé dans les maisons de retraite pour apporter un soutien, etc.) ces devoirs »et de les laisser reprendre le soin de la santé de leurs patients« non-Covid »et poursuivre le travail pour lequel le SNS a été créé.

«Nous ne pouvons pas revenir à laisser les gens derrière», exhortent les médecins dans une lettre qui met en évidence les problèmes qui apparaissent déjà dans les hôpitaux des «points chauds», comme Porto.

L'hôpital São João de Porto est passé mardi au «  niveau d'urgence III '', ce qui signifie qu'il est devenu tellement submergé par les cas de Covid qu'une nouvelle fois les chirurgies planifiées peuvent finir par être «  affectées '' (non annulées, mais repoussées – très souvent sans date ferme vue).

A déclaré Rádio Renascença hier, l'hôpital compte 52 patients atteints de Covid-19 dans ses services généraux, tandis que 11 sont en soins intensifs. Les services de maladies infectieuses et de gynécologie «exclusivement dédiés aux patients Covid» sont actuellement à 100% d’occupation.

Comme le soulignent les médecins, une stratégie est nécessaire «d’urgence» avant que l’automne ne se transforme en hiver.

natasha.donn@algarveresident.com