Le premier discours sur l'état de l'Union prononcé par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, est le point culminant de la session plénière du Parlement européen de la semaine prochaine, «transférée» de Strasbourg à Bruxelles en raison du covid-19.

Inauguré par l'ancien président de la Commission, José Manuel Durão Barroso, en 2010, le discours sur l'état de l'Union est devenu le «  poster '' des sessions plénières de septembre, la «  rentrée '' après les vacances d'été, étant l'occasion pour l'exécutif La communauté et les eurodéputés discutent des principaux défis et priorités pour les 12 prochains mois, et cette année, la pandémie de covid-19 est le thème incontournable.

La réponse européenne à la crise du covid-19 devrait dominer le discours de Von der Leyen mercredi, à un moment où la pandémie reste très présente, comme le démontre le fait que, pour la première fois, l'État de l'Union n'a pas se déroulent à Strasbourg.

La décision, mal accueillie par les autorités françaises, a été prise mardi dernier par le Parlement européen car la région du Bas-Rhin était classée «zone rouge», ou à haut risque de contagion. Strasbourg n'a pas accueilli de session plénière depuis février.

En plus d'être très présente de manière prévisible dans le débat sur l'état de l'Union, la crise du covid-19 domine également une grande partie de l'ordre du jour de la session, les députés votant sur un avis législatif sur leurs propres ressources, un élément essentiel du fonds de relance approuvé par les dirigeants. en juillet dernier, et de débattre et de voter une résolution sur la manière d’améliorer la coordination des États membres face à la pandémie, en tant que critère commun pour les restrictions à la libre circulation.

La session, qui se déroulera entre lundi et jeudi, sera également le théâtre d'une série de débats sur les principaux thèmes de «  l'extra-covid '' aujourd'hui, à savoir au niveau de la politique étrangère, comme la tension entre la Grèce et la Turquie en Méditerranée orientale, la situation en Biélorussie, au Liban et même en Russie, à la lumière de l'empoisonnement de l'adversaire Alexei Navalny, le tout mardi.

Jeudi, concluant un ordre du jour très chargé, le Parlement européen débattra et adoptera une résolution sur la situation humanitaire dans le nord du Mozambique, à savoir dans la province de Cabo Delgado, théâtre d'attaques de groupes terroristes depuis octobre 2017, qui a déjà a causé la mort d'au moins 1 059 personnes en près de trois ans, en plus de la destruction de diverses infrastructures.

Le débat, qui devrait également aborder le soutien que l'UE devrait apporter, intervient après que plusieurs députés portugais ont mis en garde contre la détérioration de la situation humanitaire et sécuritaire dans la province de Cabo Delgado, conduisant le PE à inscrire ce point à l'ordre du jour, dans le cadre de débats sur des cas de violations des droits de l'homme, de la démocratie et de l'État de droit.

ACC // ANP

Le contenu sur l'état de l'Union domine la «rentrée» du Parlement européen marquée par le covid-19 apparaît en premier dans Visão.