Au cours des trois derniers mois, des élus locaux de gauche à droite ont rapporté que les utilisateurs ont eu «des difficultés à prendre rendez-vous, car les téléphones ne fonctionnent pas».

Interrogé par l'agence Lusa, le directeur du groupe des centres de santé Sud-Ouest, António Martins, a transmis des éclaircissements à l'Administration régionale de la santé de Lisbonne et de Vale do Tejo (ARSLVT), qui, à son tour, a répondu qu '«une procédure avait été engagée pour acquisition d'un nouveau central téléphonique pour Torres Vedras ». Celui-ci, a-t-il dit, «sera installé très bientôt».

L'ARSLVT a également indiqué qu'elle est en train de remplacer certains centraux téléphoniques et de lancer le processus de migration vers un nouveau système de communication, qui comprend la voix, la vidéoconférence, la messagerie instantanée et les services de réponse automatique interactive.

A la fin de la session de juillet de l'assemblée municipale, le député PS Rui Prudêncio a même demandé la démission du directeur de l'ACES Oeste Sul, "si vous n'avez pas la capacité de résoudre la situation".

Lors d'une conférence de presse tenue mardi, les conseillers du PSD ont à nouveau critiqué les «difficultés d'accès téléphonique au centre de santé et, par conséquent, aux soins de santé».

Lors de la session de septembre de l'assemblée municipale, son président, José Augusto Carvalho (PS), a qualifié la situation d '«irrecevable», évoquant que «puisqu'il n'y a pas de téléphone, il n'y a pas de soins de santé».

Le président a même proposé un piédestal parmi les membres de l'assemblée ou parmi la population, «si le problème était financier», qui n'a pas avancé, compte tenu de la justification du maire, Carlos Bernardes, que le dysfonctionnement existant dans le hauteur au central téléphonique.

Dans un communiqué daté de lundi et publié sur sa page de réseau social Facebook, le Family Health Unit (USF) Arandis a déclaré qu'en raison des «contraintes du téléphone», les utilisateurs devraient «privilégier le courrier électronique», en évitant les déplacements en face à face. l'unité.

En réponse aux utilisateurs, des problèmes ont été admis dans le central téléphonique, justifiant que «l'acquisition d'un central téléphonique ne dépend pas de l'USF».

Dans le même communiqué, il était indiqué que depuis mai, l'unité «a repris progressivement et progressivement les activités programmées suspendues suite à la pandémie de covid-19», alors que des consultations avec les groupes à risque, la planification familiale, la santé maternelle sont actuellement programmées. , santé infantile, vaccination, ménages et maladies aiguës, privilégier la téléconsultation ».

FCC // ROC