Mardi, les travailleurs de l’entreprise qui fournit une assistance au sol à TAP sont concentrés, entre 12h00 et 14h00, à l’entrée de la gare de l’Aéroport Métropolitain de Lisbonne, à l’initiative du collectif SOS Handling «contre le retard dans le paiement des salaires et les réductions aveugles qui sont et seront opérées dans les secteurs de l’aviation et de la manutention ».

Mercredi, la manifestation est promue par la Commission ouvrière (CT) de la SPdH / Groundforce, entre 11h30 et 14h00, avec le ministère de l’Infrastructure et du Logement, qui est en charge du secteur aéronautique.

Selon CT, l’objectif est de dénoncer «l’inaction du gouvernement, qui traîne une solution depuis de nombreux mois, conduisant à une situation de rupture» et «d’attirer l’attention sur la situation des 2 400 travailleurs qui, sans salaire , commencera à entrer par défaut, avec des cas dramatiques de travailleurs déjà incapables de nourrir leur famille ».

Dans un communiqué, SOS Handling affirme vivre «un moment de décision pour l’entreprise» et exprime «tout son soutien» aux «actions qui sont en faveur du maintien des emplois et non de l’attaque de la négociation collective – comme cela est malheureusement arrivé aux frères TAP».

En affirmant que «les secteurs de l’aviation et de l’assistance en escale sont stratégiques pour la souveraineté et l’économie nationales», le collectif soutient que «l’aviation et les aéroports sont et doivent rester du domaine du service public».

SOS Handling exige le «remplacement de tout ce qui est enlevé» aux travailleurs, réclamant, à savoir, le paiement de la prime de répartition des bénéfices pour 2019 (selon la clause 54 de l’AE – Accord d’entreprise), l’ajustement des progressions de carrière déjà expirée (également inscrite à l’AE) et « le versement comme convenu en octobre 2020 de l’indemnité de vacances pour 2020, selon les règles préalablement établies de bonne foi ».

Il conteste également « l’attaque des horaires spéciaux, qui a réduit le salaire net de centaines de travailleurs » et « la mobilité administrative déterminée administrativement et sans tenir compte de la perte de connaissance dans les domaines », rejetant « tout licenciement » et la solution de prêt , que «ce n’est pas une solution pour les travailleurs, mais pour les patrons».

SOS Handling revendique également «de meilleures conditions de travail» et le maintien de l’AE «sans aucune sorte d’interférence», rejetant les «négociations secrètes entre ORT [organizações representativas dos trabalhadores], Gouvernement et employeurs »et« tout accord qui échappe à la délibération démocratique des travailleurs en séance plénière ».

Vendredi dernier, le Syndicat des travailleurs des transports du Portugal (STTAMP) a rapporté qu’environ 2 400 travailleurs de la Force terrestre étaient informés par l’entreprise que les salaires de février ne seraient pas payés les jours suivants.

Le même jour, les différents syndicats qui représentent les travailleurs de Groundforce considèrent que la direction de Groundforce «n’a rien fait» pour éviter le retard des salaires de février.

Dans une déclaration, le Syndicat des industries métallurgiques et connexes (SIMA), le Syndicat national des travailleurs de l’aviation civile (SINTAC), le Syndicat des travailleurs de l’aviation et des aéroports (SITAVA), le Syndicat du personnel de l’aviation commerciale (SQAC) et le Syndicat des Les techniciens de manutention d’aéroport (STHA) ont soutenu que «clairement et sans équivoque, il s’ensuit que la direction exécutive de SPdH [Groundforce], après presque un an, il n’a rien fait – dans de nombreuses dimensions – pour éviter que cette situation ne se produise ».

Dans une lettre adressée aux travailleurs, à laquelle Lusa avait accès, le président du conseil d’administration de Groundforce, Alfredo Casimiro, a déclaré que l’entreprise n’était pas en mesure de payer les salaires de février pour le moment sans que le processus de prêt ne soit conclu en raison un échec dans un paiement TAP.

«De manière transparente et avec une certaine prudence, nous prévoyons que cette situation ne sera résolue et débloquée que dans les 15 prochains jours, donc, avec les éléments dont nous disposons en ce moment, ce n’est qu’alors que nous pourrons effectuer le paiement. des salaires du mois de février », explique Alfredo Casimiro.

Dans la lettre, le président de la société dit que, jusqu’à présent, Groundforce a réussi à survivre avec le soutien de TAP, remplissant les obligations minimales grâce à des avances sur les services et à être fournie à l’avenir.

Groundforce est détenue à 49,9% par TAP.

PD (ALYN / DD) // JNM

Le contenu que les travailleurs de la Force terrestre descendent dans la rue contre les arriérés de salaire apparaît en premier à Visão.