1-1-e1669908198824-png
Table des matières

Les travailleurs de Casa da Música parlent de «réticence» à résoudre des situations précaires

Un groupe de travailleurs de Casa da Música a défendu aujourd'hui que l'administration "n'avait pas envie" de résoudre le problème du manque de revenus dans certains secteurs, généré par la crise de la Covid-19, réitérant que le "traitement était différencié".

Lors d'une audition conjointe des commissions du travail et de la sécurité sociale et de la culture et de la communication, à la suite d'une demande présentée par le Bloco de Esquerda, six travailleurs de la Casa da Música do Porto – un membre du conseil d'administration et cinq pour des reçus verts – ont également accusé l'administration. comme la direction artistique de l'institution, le manque de dialogue, et a parlé de «pressions et représailles».

«Il ne s'agit pas d'argent, il s'agit de volonté (…). Nous ne demandons qu'une solution qui réponde à une solution éthique. La volonté est nécessaire », a déclaré Fernando Pires de Lima, un travailleur de la Casa da Música.

Fernando Pires de Lima était l'un des 92 abonnés à une pétition, datée du 18 avril, qui a été rendue publique le 28 du même mois, qui dénonçait l'existence de plusieurs dizaines de travailleurs avec des reçus verts qui se sont retrouvés sans aucun rémunération des travaux annulés, suite à des mesures d'urgence, en raison de la pandémie de covid-19.

Cette pétition a été suivie d'une veille silencieuse, le 1er juin, date qui a coïncidé avec la réouverture de la Casa da Música, selon les informations recueillies le lendemain, sur la base du témoignage de l'une des personnes visées, qu'environ 13 Des travailleurs «précaires» ont été libérés des concerts qui avaient été attribués pour le mois de juin.

Le même travailleur a déclaré à Lusa, le 8 juin, que Casa da Música avait décidé de reculer dans la décision de licencier les préposés aux chambres, se montrant "surpris" par le licenciement annoncé début juin, mais "encore plus surpris" par le ' de la Casa da Música, l'attribuant à «une certaine pression des médias».

Aujourd'hui, un jour après que le Conseil d'administration de Casa da Música a également été entendu à l'Assemblée de la République, et des communications de dizaines de travailleurs du personnel de Casa da Música, ainsi que de membres de l'Orchestre baroque, ont été délimitées. Sur la base de cette controverse, ce groupe de travailleurs a réitéré qu'il y avait des «pressions et représailles» et a expliqué pourquoi ils estiment que les fonctions, qui «en grande partie» occupent dans les équipements culturels, constituent des «besoins permanents», donc de «faux reçus verts» ".

André Silva, technicien de scène depuis 2005, a décrit les horaires de travail, a déclaré qu'il répond aux hiérarchies, gère les équipements et porte les vêtements de la Casa da Música.

«Nous avons des collègues qui ont déjà été rappelés au travail. Il est intéressant de noter que ce sont des collègues qui n'ont pas souscrit à la pétition ni accepté la bourse horaire (un outil proposé par la direction à certains secteurs pour compenser le manque de rémunération) », a déclaré André Silva, qui a répondu aux questions sur les perspectives de dialogue et l'avenir.

L'assistant de salle Hugo Veludo, ainsi que la guide Teresa Aguiar, ont expliqué qu'ils sont «le premier contact entre la Chambre et le public», et dans ces rôles, ils ont déclaré: «il n'y a pas d'employé qui, malgré l'exercice d'un emploi permanent, Sois efficace ".

Également travailleur avec des reçus verts, José Vilela, technicien de scène pendant 15 ans à la Casa da Música – autant que ceux de l'institution -, a déclaré qu'il dépendait à 100% de la rémunération que lui donne cet équipement, tandis que Catarina Valadas, éducatrice musicale du Service éducatif, a déclaré qu '"il a fallu 30 jours (période qui comprend la divulgation de la pétition) pour créer des mesures de soutien similaires à celles des autres pour ce secteur".

Mardi, le président du conseil d'administration de la Casa da Música, José Pena do Amaral, a déclaré aux députés que, même s'il ne reconnaissait pas une situation de «fausses recettes vertes, répandue» dans l'institution, il régulariserait ce qui serait identifié.

«Nous avons des avis juridiques qui soutiennent cela (…). Il y a une enquête par ACT (Autorité pour les conditions de travail) qui vous dira si ces situations de faux reçu vert existent et, si elle existe, évidemment que Casa da Música devra le corriger et le fera sans aucun problème », a déclaré José Pena do Amaral.

L'ACT sera entendu lors d'une audition parlementaire la semaine prochaine, et l'audition du ministre de la Culture, Graça Fonseca, a également été approuvée par les députés, dans le même but.

PFT // MAG

Articles récents