Le Syndicat national des chauffeurs et autres travailleurs (SNMOT) réclame l’ouverture, jusqu’au 20, de négociations salariales avec Carris qui, si cela ne se produit pas, aboutira à une plénière générale qui décidera de nouvelles actions, a-t-il été rendu public aujourd’hui.

Dans un communiqué transmis aux rédactions, la SNMOT a indiqué avoir rencontré, jeudi, la mairie de Lisbonne (CML), chargée de la gestion de Carris, qu’elle accuse d' »ignorer les travailleurs » en « ne répondant pas aux lettres envoyées ». par la structure syndicale.

La SNMOT a fait connaître à CML la proposition qu’elle a présentée à la société de transports publics routiers de la capitale d’une actualisation des salaires de tous les travailleurs « pour une charge annuelle d’environ trois millions d’euros, soit environ 214 mille euros par mois ».

« Cette redevance représente environ 1/5 de ce que la CML supportera avec les mesures qu’elle a annoncées concernant le transport collectif de passagers et le stationnement des véhicules privés dans la ville de Lisbonne », soutient le syndicat.

La mairie de Lisbonne espère avoir des laissez-passer gratuits pour les seniors et les étudiants jusqu’à 23 ans cette année, prédisant que la mesure coûtera 12 millions d’euros en 2022.

L’enjeu est la concrétisation d’une promesse électorale de la coalition PSD/CDS-PP/MPT/PPM/Aliança, dirigée par l’actuel maire de Lisbonne, Carlos Moedas, qui a remporté les élections municipales de septembre dernier, et qui vise à garantir les laissez-passer. transports publics gratuits dans la ville pour tout mineur, étudiants jusqu’à 23 ans et personnes de plus de 65 ans.

Une autre des promesses électorales de la candidature Moedas qui avance cette année sont des réductions de 50% sur le stationnement dans toute la ville pour les habitants de Lisbonne.

Selon le vice-maire Filipe Anacoreta Correia (CDS-PP), la remise de 50 % sur le stationnement facturée par la société municipale EMEL aux habitants de la ville coûtera à la commune 2,5 millions d’euros en 2022.

La SNMOT souligne que « la somme des deux charges résultant des mesures à mettre en œuvre par la CML, s’élève à 14,5 millions par an, soit environ 1 208 millions d’euros par mois ».

« La SNMOT ne remet pas en cause le bien-fondé des mesures CML, mais poursuit en disant que les réductions annoncées pour le stationnement dans la ville de Lisbonne contribueront inévitablement à une promotion de l’utilisation des transports individuels au détriment de l’utilisation des transports collectifs de voyageurs. », se défend.

La structure syndicale fait valoir qu’« il suffirait que cette mesure ne soit pas mise en œuvre pour actualiser les salaires des travailleurs de Carris, dans la proportion présentée ».

« Les travailleurs de Carris ne sont pas contre les mesures en faveur des tiers, tant que ces mesures ne sont pas prises et soutenues au détriment des travailleurs de Carris, notamment par la non-actualisation des salaires, ou des mises à jour de valeur négligeable », souligne la note.

ABC (MP/SSM) // EA