Des scouts et des policiers sont amenés par certains arrondissements pour «contrôler» le souvenir de la Toussaint dans les cimetières le 1er novembre.

Traditionnellement, le jour où les Portugais visitent les tombes familiales, il y a des rapports selon lesquels les cimetières de certaines zones devaient être fermés, pour éviter que «trop de gens ne convergent vers eux à la fois».

Les évêques ont depuis fait appel contre ce plan, affirmant que le chagrin non résolu «peut tuer autant que Covid-19».