Les pétitions au Portugal nécessitent désormais 7 500 signatures avant d'être éligibles pour être discutées par les députés au parlement.

Le président Marcelo a approuvé la loi qui, en fait, double presque l'exigence précédente (pour seulement 4 000 signatures). Les députés espéraient au départ augmenter la limite de signature à 10 000 «dans l’intérêt de la rationalisation des travaux parlementaires», mais le président a estimé que cela enverrait un «signal négatif à la démocratie portugaise».