Dans le port de pêche de Póvoa de Varzim, qui, avec la zone voisine de Caxinas, à Vila do Conde, dans le district de Porto, intègre la plus grande communauté de pêcheurs du pays, le découragement est grand, et il y a déjà beaucoup de bateaux qui ne partent pas pour la mer, car ce n’est pas viable financièrement.

« L’année dernière, j’ai utilisé quatre mille litres de diesel à Aveiro pour 1 500 euros, maintenant pour le même montant payé 2 500 euros. De cette façon, nous ne pouvons pas le prendre. Nous avons, de plus en plus, des navires à quai et avec des difficultés. Le gouvernement doit faire quelque chose », a déclaré Trocato Craveiro, propriétaire d’un navire, à Agência Lusa.

Cet armateur, dont le navire opère depuis le port d’Aveiro, considère qu’avec cette augmentation des prix du carburant, l’activité devient « insoutenable », notant que « les dépenses étaient déjà élevées et le poisson sur la côte de moins en moins ».

« Nous souffrons et un jour nous aurons un arrêt collectif. En Espagne, tout est moins cher. Ici la pêche n’est pas bonne, les bateaux ne vont pas bien, il y a un manque de personnel, et nous risquons de vendre nos affaires. Ce sont toutes des petites entreprises qui n’y arriveront pas », a-t-il ajouté.

Trocato Craveiro rappelle que les pêcheurs « ne sont pas responsables de la hausse des prix du carburant » et exhorte le gouvernement « à assumer ses responsabilités et à soutenir le secteur ».

«Nous avons déjà eu un problème avec la pandémie, et même ainsi, nous n’avons jamais cessé de travailler pour éviter la famine, mais au fil des semaines, nous ne tenons pas. Les navires sont arrêtés et beaucoup sont déjà à vendre », a complété l’armateur.

C’est la situation d’António Braga, propriétaire d’un petit bateau, pour qui aller au « labeur » n’est plus viable, en raison de la hausse des prix du carburant.

« Je ne suis pas sorti en mer parce que ça ne paie pas. Gagner 100 euros n’est pas une solution pour payer des dépenses. Je préfère que le bateau s’arrête », a-t-il avoué, déçu.

Ce pêcheur rappelle que « les dépenses sont déjà élevées avec les assurances, les taxes de criée et les aménagements mécaniques », avouant que l’argent qu’il avait économisé « était tout ».

«Lorsque les fonctionnaires se rendent au travail, ils se font payer l’essence par l’État. Ils ne veulent pas savoir combien nous avons payé pour aller en mer. Nous avons besoin de soutien, car sinon les bateaux iront tous à la boucherie », a déclaré avec colère António Braga.

Selon les données recueillies par Agência Lusa à Porto Poveiro, un litre de carburant pour bateaux était vendu, au milieu de l’année dernière, à 0,32 centimes, mais aujourd’hui, le prix est passé à 0,69 centimes.

Un réservoir d’un navire de taille moyenne met entre 3 000 et 5 000 litres de gazole à remplir, ce qui, selon le nombre de jours d’activité, met environ une semaine à être consommé.

L’un des armateurs opérant depuis le port de Póvoa de Varzim, et qui a préféré ne pas être identifié, préparait un navire qui dans quelques jours partira pêcher dans les eaux de la Mauritanie, en Afrique du Nord, et faire le voyage qu’il a dû acheter 14 000 litres de diesel à 0,68 centimes, étant donné que dans ce pays africain, il achète le même carburant à environ 0,30 centimes/litre.

Les associations du secteur sont conscientes de la situation actuelle et considèrent qu’il est essentiel que l’Etat agisse pour inverser « la frustration des pêcheurs dans la gestion de leurs petites entreprises ».

« Le carburant a beaucoup augmenté depuis le début de l’année, mais la quantité de poisson diminue et les prix n’ont pas augmenté avec la hausse du carburant. Si cela continue ainsi, et avec le prix moyen du poisson stagnant, les navires devront s’arrêter », a prévenu João Leite, de la direction de l’Association pour la plus grande sécurité des hommes de la mer.

Le leader a entendu quotidiennement les plaintes des pêcheurs et estime que le « secrétaire d’État à la pêche doit faire quelque chose ».

« C’est une question d’intérêt national, ce n’est pas seulement un quartier », a conclu João Leite.

JPYG // MSF

Le contenu Les pêcheurs avertissent que la hausse du carburant laisse une activité « non durable » apparaît en premier dans Vision.