La réponse du Service National de Santé (SNS) dans le domaine de la chirurgie oncologique s’éloigne de plus en plus de celle établie par le programme Objectifs Santé 2020 – Gouvernement avec des priorités pour le secteur, qui prévoyait que le Délai de Réponse Maximum Garanti (TMRG) pour qui découvrent qu’ils ont un cancer et qui s’attendent à être opérés seraient réduits à moins de 10 %.

La raison n’est pas tant liée à la pandémie, notamment parce que les services de cancérologie ont été, depuis mars 2020, bientôt classés comme zones de non-service Covid-19. De plus, les données que détiennent le Gouvernement et la Direction générale de la santé (DGS) ne suffisent pas à parler du véritable impact du coronavirus.

Selon un audit de la Cour des comptes (TdC), qui a passé au peigne fin les solutions de l’État dans ce type de soins et auquel VISÃO a souscrit, « si, en 2017, 18,5 % des chirurgies ont été pratiquées en complément du TMRG, et le temps d’attente global moyen a atteint 31 jours », alors qu’« en 2020 cette proportion a atteint 24,6 % et le temps d’attente moyen a atteint 38 jours ». Étant que dans la zone de l’Administration régionale de la santé (ARS) de l’Algarve, le temps d’attente moyen a atteint 47 jours.

Plusieurs indicateurs liés à l’accès aux soins en cancérologie restent à déterminer et à suivre, à savoir les délais et les listes d’attente dans les premières consultations hospitalières en cas de cancer, ainsi que dans d’autres soins de santé essentiels dans ce contexte, tels que les soins diagnostiques et thérapeutiques spécifiques. examens.

Bureau de vérification

Les auditeurs admettent que «la production chirurgicale a augmenté au cours du triennat 2017-2019 (4,8%), mais les quelque 141 000 interventions chirurgicales effectuées au cours de cette période n’ont pas répondu à la demande respective d’environ 158 000 nouvelles inscriptions d’utilisateurs pour la chirurgie, ce qui augmenté de 6 % sur la période ».

De plus le la différence entre ceux qui se sont inscrits et ceux qui ont réussi à se rendre dans une salle d’opération a fini par augmenter la liste d’inscription en chirurgie oncologique (LIC). Fin 2019, « 5.900 utilisateurs étaient enregistrés, ce qui équivaut à une augmentation, par rapport à fin 2017, de 1.299 utilisateurs (28,2% de plus) qui attendaient », lit-on dans le rapport de 149 pages, qui verra le lumière du jour ce jeudi et dont les conclusions ont été transmises par les trois juges qui l’ont signée au Ministère Public, qui travaille avec le TdC.

Ces retards pourraient même être atténués en transférant les patients vers d’autres unités SNS avec une réponse plus rapide ou vers le secteur privé – qui n’a effectué que 1168 des 187 988 chirurgies au cours de la période analysée. Mais le taux d’annulation de 2017 à 2020 était de 96 %. En d’autres termes, seulement 4 % des patients ont accepté de se rendre dans un hôpital autre que celui de leur origine. Plusieurs raisons ont été identifiées : du simple refus du patient au décès de celui-ci entre-temps, en passant par des erreurs administratives.

Des informations plus nombreuses et de meilleure qualité sont nécessaires, préviennent les juges

Le juge rapporteur Luís Cracel Viana souligne que, bien que l’audit ait utilisé « des indicateurs pour mesurer l’accès aux soins contre le cancer dans le SNS », une partie des informations dans ce domaine doit être améliorée. A commencer par le fait qu’il n’y a pas de temps de réponse « définis pour des pathologies oncologiques particulières ou des groupes de pathologies ».

« Le ministère de la Santé ne dispose toujours pas de systèmes d’information qui fournissent, avec précision et opportunité, des informations transversales et globales sur le parcours des usagers dans le SRS, y compris les temps d’attente ». Le système intégré de gestion des accès (SIGA SNS), créé en 2017, « n’est pas encore complètement développé et mis en œuvre ».

En plus d’une série de manques d’information, « le règlement respectif doit encore être approuvé, être exécuté par arrêté du membre du gouvernement responsable du domaine de la santé, à défaut de respecter les délais fixés, qui ont varié entre 90 et 180 jours, pour chacun d’eux » des composantes » de ce système – comme la référence pour la première consultation hospitalière, pour les chirurgies.

Les supports informatiques capables de suivre le parcours du patient atteint de cancer dans le NHS doivent encore être mis en place, rapportent les juges

Face à ce scénario, l’audit indique que « du fait des limites des systèmes d’information utilisés, plusieurs indicateurs relatifs à l’accès aux soins en cancérologie restent à déterminer et à suivre ».

Il n’est pas nécessaire d’avoir l’idée que le rapport ne fait que critiquer le ministère de la Santé pour ces échecs. Les critiques s’étendent également au manque de « des rapports semestriels, sous la responsabilité des ARS, dans le cadre de la surveillance régionale », qui « n’ont pas été élaborés ». Ou pour « Rapports de la DGS, concernant l’évaluation et le suivi des programmes de dépistage, entamés en 2015, et qui devraient avoir une périodicité annuelle”. Ces « ont été publiés avec un décalage croissant par rapport à l’année à laquelle ils se réfèrent», a-t-il conclu.

L’argent pour les projections est arrivé en retard

Si plusieurs failles ont été décelées dans l’accès aux chirurgies et dans le parcours du patient atteint de cancer au sein du SNS, des problèmes a priori ont également été relevés : « dans les dépistages populationnels du cancer, les objectifs de couverture géographique et de population fixés pour 2020 n’ont pas été atteints. , constatant cette année une rupture dans l’exécution des programmes de dépistage ».

La région de Lisbonne et de la vallée du Tage présentait les pires indicateurs de dépistage du cancer du sein, de l’utérus et de l’utérus. « La faible couverture géographique de l’ARS de Lisbonne et Vallée du Tage (LVT), par rapport aux autres ARS, en matière de dépistage des cancers du sein et du col de l’utérus, est à l’origine du non-respect de l’objectif de couverture géographique mondiale fixé pour 2020 ».

En 2021, certaines ARS n’avaient toujours pas perçu de montant [pelos rastreios ao cancro desde 2017]

Rapport de la Cour des comptes

Selon le TdC, l’année 2020 « a été marquée par la suspension de l’activité de dépistage, avec une incidence particulière aux mois de mars, avril et mai, en raison de la situation épidémiologique causée par le COVID-19, avec de fortes réductions d’activité, par rapport à Les années précédentes ». En effet, l’exemple du dépistage du cancer du sein est donné, où le nombre de femmes invitées « était de 46% inférieur », « le nombre de femmes dépistées effectivement a diminué de 49% » et le « nombre de cas positifs référés était de 38% » . inférieur » à celui des années précédentes.

Était-ce la faute de la pandémie ? La Cour des comptes fait état d’une autre réalité : le manque de financement de ces programmes. « La pérennité financière des programmes de dépistage du cancer est pointée, dans les rapports de suivi publiés par la DGS, depuis 2016, comme une condition de leur mise en œuvre et de leur extension effectives, la création d’une ligne de financement spécifique étant indiquée comme une solution possible » , souligne-t-on, s’attaquant à la racine du problème. « Quatre des cinq ARS ont mis en évidence qu’il existe des contraintes dans la capacité de l’hôpital à répondre aux besoins identifiés par les programmes de dépistage » ; c’est-à-dire le manque d’argent.

Le programme de dépistage « a été créé pour durer deux ans, jusqu’au 31 décembre 2018, avec une dotation budgétaire globale de 35 millions d’euros et un taux de financement maximum pour chaque projet de 85%, sous forme de subvention non remboursable ». « Les paiements seraient effectués par l’ACSS [administrações centrais do sistema de saúde] en trois tranches, le versement des deuxième et troisième tranches étant subordonné à la présentation des pièces justificatives des dépenses et au paiement des dépenses de la tranche précédente ».

Or, « cet échéancier n’a pas été respecté, puisque les transferts des sommes attribuées aux entités n’ont commencé qu’au cours de l’année 2018, à travers une ligne de financement spécifique introduite dans les contrats programmes avec les hôpitaux du SNS et, en 2021, certaines ARS n’avaient toujours pas reçu de valeur ».

2020 – une année difficile à revoir pour le tribunal

L’une des dernières conclusions du TdC est que de telles « limitations des données disponibles dans le système » ont fini par ne pas permettre « de conclure objectivement sur l’impact de la pandémie sur l’accès au premier rendez-vous hospitalier dans le domaine de l’oncologie ».

« Toujours est-il que l’analyse des données partielles sur l’activité des IPO, bien que non extrapolables à l’univers, montre une diminution des nouvelles demandes de consultation, une diminution de l’activité et une augmentation des délais moyens d’attente, entre 2019 et 2020 », indique le document.

Par ailleurs, la pandémie « a eu pour principal impact, dans le domaine de la chirurgie du cancer, la baisse du repérage des besoins chirurgicaux, avec des nouvelles inscriptions en baisse de 4,3% en 2020, par rapport à l’année précédente ».

Pour tout cela, pendant la période de contestation des conclusions, le gouvernement a affirmé qu’en 2021, une partie des problèmes identifiés par l’audit avaient déjà commencé à s’inverser, en attribuant une partie d’entre eux à la pandémie – donnant à titre d’exemple l’augmentation de projections par rapport à 2019.

On note une augmentation du nombre de personnes opérées l’an dernier par rapport aux deux années précédentes, ainsi que celles en liste d’attente pour un premier rendez-vous. Ainsi, le temps d’attente reste élevé (environ 51,3 jours) pour un rendez-vous, par rapport à 2019 (48,8 jours). Malgré cela, le ministère de la Santé souligne qu’il y a eu une diminution de l’attente par rapport à 2020, l’année de la pandémie.

En ce qui concerne les systèmes d’information, Tutela assure que si certains mécanismes de traitement des données sont déjà en cours de conclusion, d’autres verront le jour sur la base des directives qui auront déjà été données à la fois à la DGS et à l’Administration centrale du système de santé.