1-1-e1669908198824-png

Table des matières

Les Parisiens descendent pacifiquement dans la rue pour lutter contre le racisme

«Pour moi, le racisme est dans les gestes et la façon dont les gens me regardent. Nous ne semblons pas être français et nous ne semblons même pas être des hommes. Il y a ceux qui changent de trottoir, ils doivent changer de place dans le métro, ils mettent leurs sacs contre eux parce qu'ils pensent que je vais les voler. Nous sommes considérés comme des animaux », a dénoncé Franc, l'un des manifestants, dans des déclarations à l'agence de Lusa.

L'étudiant en droit a participé aujourd'hui à la manifestation et au cortège qui ont eu lieu dans la capitale française entre la place Concorde, à côté de l'ambassade des États-Unis, et la tour Eiffel, bien que la protestation n'ait pas été approuvée par les autorités locales en raison de l'état d'urgence sanitaire à en vigueur dans le pays et qui empêche les agglomérations de plus de 10 personnes.

«Je pense que nous pouvons trouver un juste milieu. Nous pouvons parler et garder une distance de sécurité. Beaucoup de gens ici portent un masque. Même avant le virus, il y avait toujours une raison pour que les gens ne viennent pas », a expliqué Franc, qui tenait une pancarte indiquant« Black Lives Matter ».

Paris est entré sur la carte des manifestations mondiales après la mort de George Floyd, aux États-Unis, avec une manifestation spontanée, mardi, devant le plus grand tribunal de la capitale, qui s'est soldée par des désaccords et des confrontations avec la police.

George Floyd, un Afro-américain de 46 ans, est décédé le 25 mai à Minneapolis, dans le Minnesota, après qu'un policier blanc l'ait agenouillé dans le cou pendant environ huit minutes lors d'une opération d'arrestation, bien que Floyd ait déclaré qui ne pouvait pas respirer.

Cet après-midi, la manifestation s'est déroulée dans le calme, malgré le renforcement de 1800 policiers pour accompagner le cortège et d'autres mesures de sécurité, telles que les protections qui divisaient en deux la place de la Concorde, mais aussi où se trouve le palais Eliseu, résidence officielle du président de la République.

Selon Jérôme Rodrigues, descendant du Portugal et figure emblématique des gilets jaunes qui ont perdu un œil à cause des violences policières, cet appareil éloigne encore de nombreuses personnes des manifestations, mais les manifestations peuvent être à nouveau systématiques dans le pays.

«Il y a beaucoup de gens qui ont peur de sortir à cause de la violence. Mais il y a de plus en plus de gens qui, jusqu'au début de l'accouchement, vivaient bien et maintenant ils vont être au chômage. Et ils sauront la réalité de ne pas avoir d'argent d'ici la fin du mois et ils voudront se manifester », a déclaré Rodrigues.

Ces manifestations en France ont également permis de rappeler d'autres victimes de violences policières dans le pays, comme Adama Traoré, un homme de 24 ans décédé en 2016 après avoir été arrêté en région parisienne.

Un rapport indépendant sur son autopsie cette semaine a montré que, contrairement à ce qui avait été initialement annoncé, le jeune homme est décédé d'un rapport de police au moment de son arrestation, conduisant à une nouvelle procédure engagée par sa famille contre les autorités. développements, avec l’audition de nouveaux témoins.

«Un bon exemple de racisme ici en France est le quartier où je vis. Tout le monde a dit que c'était dangereux parce qu'il était principalement noir, mais ce n'est pas dangereux. Le noir a le stéréotype de dangereux. Nous sommes vus comme ça, la police nous voit et tire déjà, la violence policière est devenue monnaie courante », a expliqué Samara, une étudiante brésilienne arrivée à Paris en début d'année.

Avec des affiches comme "Marielle présente" ou "Silência est complice", Samara a indiqué qu'au Brésil la situation est encore plus complexe.

«Le Brésil est un pays métis, différent des États-Unis, et je suis ici à titre d'exemple. Beaucoup de gens préfèrent nier ce côté sombre et se concentrer sur les racines blanches parce que c'est une façon d'être plus accepté », a-t-il expliqué.

Les manifestations en France restent interdites jusqu'à début juillet, mais les manifestations contre le racisme et les violences policières ont rassemblé des milliers de personnes à travers le pays avec de grandes manifestations à Marseille ou Lyon.

CYF // MAD

Contenu Les Parisiens descendent paisiblement dans la rue pour lutter contre le racisme apparaît d'abord dans Vision.

Articles récents