Les organisations internationales demandent également la libération immédiate des dirigeants du défi lancé au président en prison.

Au moyen d'un communiqué conjoint publié ce matin, les abonnés ont exprimé leur "inquiétude" et "condamné fermement toutes les formes de violence comme moyen de résoudre les crises".

Le document condamne également le recours à la «force meurtrière» par les forces de sécurité et appelle les parties concernées à entamer un dialogue pour apaiser les tensions.

Le communiqué souligne également le fait que les dirigeants des mouvements de protestation sont en état d'arrestation, ce qui constitue une entrave au dialogue par le président Ibrahim Boubacar Keita.

Des affrontements dans la capitale du Mali ont fait au moins 11 morts et 124 blessés vendredi dernier, selon des informations fournies par un responsable des services d'urgence d'un hôpital de Bamako.

La situation est considérée comme "alarmante" par les alliés et voisins du Mali, qui considèrent l'instabilité interne comme un facteur dont l'extrémisme islamique peut profiter.

Les représentants des quatre organisations internationales estiment que la récente mission de bons offices de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) a jeté les bases d'une "solution appropriée".

La mission défend la nécessité de créer un «gouvernement consensuel d'unité nationale» et d'organiser la répétition des assemblées législatives dans certaines circonscriptions du pays, dont les résultats ont été annulés peu après les élections, qui se sont tenues en mars et avril.

La situation liée aux élections est considérée comme fondamentale pour atténuer les tensions politiques et sociales au Mali.

Depuis le 1er juillet, le Portugal dispose d'une force nationale détachée au Mali, dans le cadre de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation du Mali (Minusma), qui comprend 63 soldats de l'armée de l'air portugaise et un avion de transport C-295.

L'objectif de la mission portugaise est d'assurer les missions de transport de passagers et de fret, le transport tactique sur des pistes non préparées, les évacuations médicales, le départ des parachutistes et la surveillance aérienne et de garantir la sécurité du camp norvégien Bifrost à Bamako, capitale du Mali, où ils se trouvent. l'armée portugaise.

PSP // VM

Les organisations internationales lancent un appel pour apaiser les tensions au Mali apparaît pour la première fois dans Vision.