Dans une déclaration adressée à la Commission du marché des valeurs mobilières (CMVM), la TAP informe qu'elle a été approuvée avec 96,58% des voix pour, 3,42% des voix contre et 20 abstentions au point où les obligataires étaient, dans le second , appelé à «délibérer sur la renonciation occasionnelle à l'obligation de maintenir la relation de groupe par domaine total entre TAP – Transportes Aéreos Portugueses, SGPS, SA et Transportes Aéreos Portugueses, SA à la suite de l'arrestation potentielle, directement par l'État portugais , d’actions représentant le capital social de Transportes Aéreos Portugueses, SA » .

Cette décision de l'assemblée générale annuelle des obligataires de la TAP permet un éventuel renforcement de la participation de l'Etat portugais dans la compagnie aérienne, par la conversion en capital du prêt à hauteur de 946 millions d'euros consenti à la société.

Le 14 août, lors de l'annonce de l'assemblée générale des obligataires, TAP a expliqué que, «aux termes de la section 6.9.5. des conditions des obligations TAP 2019-2023, constitue une situation de non-respect de la rupture de la relation de groupe par domaine total existant entre la Société (SA) et TAP – Transportes Aéreos Portugueses, SGPS », selon la proposition présentée aux obligataires .

Le groupe a ensuite rappelé que, «le 17 juillet 2020, l'octroi par l'Etat portugais d'un prêt rémunéré en faveur du groupe TAP a été officialisé, à hauteur de 946 millions d'euros (auxquels s'ajoute un montant supplémentaire de 254 millions d'euros, sans pour autant que l'État portugais soit lié à sa disponibilité), qui a été autorisée comme aide d'urgence par décision de la Commission européenne », en raison de l'impact du covid-19 sur l'activité de l'entreprise .

Dans le cadre de ce prêt, a-t-il expliqué, «l’État portugais peut convertir, en tout ou en partie, une ou plusieurs fois, le crédit utilisé en actions représentant le capital social de Transportes Aéreos Portugueses, SA» et que «pour garantir l’exécution des obligations résultant de l'emprunt, un gage financier a été consenti sur l'ensemble des actions représentatives du capital »de TAP SA.

Ainsi, «si le crédit utilisé dans le prêt est converti en actions représentant le capital social de la société ou l'exécution du gage sur celles-ci, la relation de groupe par contrôle total entre la société et l'actionnaire unique cessera», a-t-il justifié ROBINET.

La grande assemblée des obligataires de lundi aurait encore dû délibérer sur la nomination d'un représentant commun des obligataires, mais ce point n'a pas été résolu.

Selon TAP, ce point de l'ordre du jour «a été rendu inopérant» car aucune «proposition n'a été présentée (…) dans les cinq jours suivant la date de publication de l'avis de convocation à l'assemblée générale».

PD (ALYN) // JNM