Les militaires qui ont pris le pouvoir au Mali et contraint le président Ibrahim Boubacar Keita à démissionner, ont déclaré aujourd'hui qu'ils souhaitaient une "transition politique civile" qui conduirait à des élections générales dans un "délai raisonnable".

"Nous, les forces patriotiques regroupées au sein du Comité national pour le salut du peuple (CNSP), avons décidé d'assumer nos responsabilités envers le peuple et l'histoire", a déclaré le porte-parole militaire et chef d'état-major adjoint de la Force. Compagnie aérienne, le colonel Ismaël Wagué, dans un communiqué publié à 03h40 (04h40 à Lisbonne) à la télévision publique ORTM.

"Notre pays (…) sombre jour après jour dans le chaos, l'anarchie et l'insécurité, du fait de la faute des hommes en charge de son destin", a accusé le responsable, dénonçant le "patronage politique" et "la gestion familiale des affaires de la Etat".

«La société civile et les mouvements sociopolitiques sont invités à se joindre à nous pour créer les meilleures conditions pour une transition politique civile conduisant à des élections générales crédibles pour l'exercice de la démocratie, à travers une feuille de route qui jettera les bases d'un nouveau Mali» , il ajouta.

Le porte-parole a également veillé à ce que tous les accords internationaux au Mali soient respectés, précisant que l'armée était «engagée dans le processus d'Alger», l'accord de paix signé en 2015 entre Bamako et les groupes armés du nord du pays.

Le porte-parole militaire a également demandé le soutien des organisations internationales «pour le bien-être du Mali».

«La Minusma (mission ONU), l'opération Barkhane (anti-extrémiste française), le G5 Sahel (qui comprend cinq pays de la région), la force Takuba (task force européenne des forces spéciales) continuent d'être nos partenaires ", Il ajouta.

Environ trois heures plus tôt, le président du Mali, Ibrahim Boubacar Keita, au pouvoir depuis 2013, avait annoncé sa démission et celle de l'ensemble du gouvernement, dans un communiqué diffusé à la télévision malienne, après avoir été renversé par un coup d'État militaire.

Keita, qui avait été arrêté en compagnie du Premier ministre Boubou Cissé en fin de journée mardi après-midi et emmené au camp militaire où une émeute a éclaté plus tôt dans la journée, est apparu vers minuit à la télévision publique ORTM, porter un masque.

Présenté comme "président sortant", Keita a alors évoqué les "diverses manifestations" qui réclamaient son départ depuis plusieurs mois, affirmant que "le pire est arrivé".

«Si aujourd'hui il semblait à certains membres de nos forces armées de conclure que tout devait se terminer par leur intervention, ai-je vraiment le choix? Je n'ai pas d'autre choix que de me soumettre, car je ne veux pas que du sang soit versé pour me garder (au pouvoir) », a-t-il déclaré.

«C'est pourquoi je voudrais en ce moment même, en remerciant le peuple malien pour son soutien pendant ces longues années et la chaleur de son affection, vous annoncer ma décision de quitter mes fonctions, toutes mes fonctions, de ce moment », dit-il. "Et avec toutes les conséquences juridiques: la dissolution de l'Assemblée nationale et du gouvernement", a-t-il ajouté.

Mardi, le ministre portugais de la Défense nationale avait indiqué qu'il suivait avec grande inquiétude la crise au Mali, où 63 soldats de l'armée de l'air portugaise sont déployés, suite à l'arrestation du président et du Premier ministre maliens.

"Le ministre de la Défense nationale suit avec une grande inquiétude la situation au Mali, d'autant plus au moment où le Portugal a sur le territoire une Force nationale détachée de 63 soldats et un avion de transport C-295", selon les informations fournies à l'agence Lusa par le bureau de João Gomes Cravinho.

Le ministre a souligné «l'illégitimité de l'imposition» de la force pour résoudre le conflit et «considère qu'il est essentiel de respecter l'ordre constitutionnel du pays», a précisé la même information.

«Tout changement qui pourrait survenir au Mali ne peut être imposé par la force des armes», a déclaré la source du bureau de João Gomes Cravinho.

Depuis le 1er juillet, le Portugal a une force nationale détachée au Mali, dans le cadre de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation du Mali (Minusma), qui comprend 63 soldats de l'armée de l'air portugaise et un avion de transport C-295.

L'objectif de la mission portugaise est d'assurer des missions de transport de passagers et de fret, de transport tactique sur des pistes non préparées, d'évacuations médicales, de départ des parachutistes et de surveillance aérienne et de garantir la sécurité du camp norvégien de Bifrost à Bamako, où sont hébergés les militaires portugais. .

PTA (AYR / JYO / PE) // EJ

Le contenu militaire qui a pris le pouvoir au Mali annonce des élections dans un «délai raisonnable» apparaît en premier dans Vision.