Les dirigeants de l'Union des infirmières portugaises se sont réunis aujourd'hui à Santa Maria da Feira pour exiger que le gouvernement «prenne les rênes» de l'embauche de ces professionnels et mette fin aux «injustices et discriminations qui sont devenues plus aiguës avec la pandémie».

Lors d'une manifestation à l'hôpital São Sebastião, la maison mère du centre hospitalier qui dessert environ 350000 usagers dans le district nord d'Aveiro, des représentants du Syndicat des infirmières portugaises (SEP) ont défendu que les droits de la classe et les conditions de travail sont confrontés depuis 2009 à plusieurs des problèmes qui subsisteront tant que la tutelle n'homogénéise pas les procédures entre les différentes entités du secteur, comme c'est le cas des administrations régionales de santé (ARS) et des hôpitaux publics à gestion d'entreprise.

L'initiative de ce matin faisait partie du calendrier hebdomadaire de manifestations que le syndicat entend mener d'ici la fin de l'été dans diverses régions du pays et parmi ses principales revendications figure la fin de la discrimination qui, dans le même hôpital, permet à une infirmière d'être soumise. contrat de travail individuel et qu'un autre, aux mêmes conditions, dispose d'un contrat de fonction publique – ce qui implique, par exemple, plus d'avantages en termes de vacances, moins de charge de travail hebdomadaire et une plus grande évolution de carrière, sans perte d'ancienneté cas de mobilité.

«Il y a des institutions qui ont déjà résolu le problème parce qu'elles ont l'autonomie pour le faire, mais il y en a d'autres qui transfèrent la responsabilité à l'État et c'est pourquoi le Gouvernement doit prendre en charge cette situation, pour empêcher chaque structure de faire ce qu'il veut, avec un ARS mettant en œuvre une chose et les autres suivant des procédures totalement différentes », a déclaré le directeur Fernando Carvalho à Lusa.

Une mauvaise comptabilisation des points sur l'échelle d'évolution de carrière, des évaluations de performance à faire et des vacances insuffisantes pour intégrer des infirmières spécialisées dans les catégories de rémunération correspondant à leur expérience sont d'autres problèmes qui traînent depuis 2009, car, bien que l'année dernière Le décret-loi 71/2019 a défini les nouvelles modalités de la carrière infirmière, la tutelle "n'a pas négocié avec les syndicats les règles de passage du modèle précédent au modèle actuel".

Cette critique vient de Vítor Reis, qui, également en tant que dirigeant du SEP, affirme que ces «attaques successives» contre la classe génèrent «insatisfaction et démotivation» chez leurs professionnels et, par conséquent, constituent une «menace pour la qualité et la sécurité du service fourni à l'utilisateur ».

En général, la situation à l'hôpital da Feira «n'est pas la pire du pays», mais le dirigeant syndical Paulo Anacleto signale un cas emblématique résultant de l'insuffisance de la législation en vigueur: «À Lisbonne, il y a une infirmière de 24 ans de service qui gagne le même que le fils, qui vient de terminer ses études et, quand il commence à travailler, gagne autant que sa mère ».

Pour le dirigeant syndical, l'absurdité de la situation "est une profonde injustice: elle fait de 24 ans de service le même jour".

«C'est à cause de ces incohérences», explique Paulo Anacleto, que tant d'infirmières portugaises ont émigré et, même lorsqu'elles ont des postes vacants au Portugal, «elles refusent de rentrer car, pour des contrats individuels de quatre mois, aux manchots, sans être efficaces (dans le tableau) et sans droits ( égal au reste de la fonction publique), cela n'en vaut pas la peine ».

Fernando Carvalho renforce cette idée en citant des données internationales de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE): «La moyenne européenne est d'environ neuf infirmières pour 100 000 utilisateurs et, au Portugal, elle est de cinq pour 100 000 utilisateurs. Sans une harmonisation des droits prévue par la loi, nous continuerons d'avoir une énorme difficulté à admettre plus d'infirmières, qui sont encore très peu nombreuses pour les besoins du Service national de santé ».

Ce renforcement des ressources humaines passe également par le renouvellement des équipes qui assureront une plus grande sécurité aux professionnels et utilisateurs, notamment dans le contexte actuel de codiv-19. «Notre lutte de longue date pour faire avancer l'âge de la retraite a encore plus de sens maintenant, afin que les infirmières âgées de 60 ou 65 ans ne soient pas obligées de travailler pendant la pandémie, alors qu'elles sont elles-mêmes un groupe à risque», conclut Paulo Anacleto.

AYC // JMR