Contrairement aux déclarations de la ministre d'État Marta Temido, le président de l'association des hôpitaux privés du Portugal (APHP) affirme que son secteur a une relation inexistante avec le SNS / gouvernement.

Lundi, Mme Temido a déclaré que les hôpitaux privés et le système de protection sociale allaient être mis à contribution pour commencer à prendre en charge l’arriéré de l’État non-Covid.

Elle a cité un scénario où des patients du secteur public seraient admis, subiraient des chirurgies et seraient référés pour des consultations.

L'annonce ne mentionnait cependant aucune date pour cette nouvelle forme de pratique – et maintenant peut-être pouvons-nous comprendre pourquoi.

Après une audience avec le président de la République Marcelo Rebelo de Sousa au palais de Belém hier, le président de l'APHP, Óscar Gaspar, a déclaré aux journalistes que les hôpitaux privés sont plus que disposés à répondre à la pandémie et à d'autres maladies, mais que le contact avec le SNS a fait cruellement défaut.

Les Portugais «ont besoin d'une approche beaucoup plus large» de leurs besoins en matière de santé, impliquant les secteurs public et privé, a-t-il reconnu. Lorsque cela s'est produit dans le passé, cela a été très efficace.

En août et septembre, des hôpitaux privés ont été appelés pour prendre une partie du relais du SNS, at-il expliqué. Mais en raison d’une «relation institutionnelle presque inexistante» entre le service public de santé et le secteur privé, il y a eu très peu de communication depuis.

La semaine dernière, alors que les hôpitaux du nord et de Lisbonne et de Vale do Tejo commençaient à se remplir de patients Covid, il y a eu «un certain contact» avec les administrations régionales de la santé pour évaluer la capacité de réponse disponible dans les hôpitaux privés pour cette soi-disant «seconde vague'. Mais comme Óscar Gaspar l'a laissé entendre, ce type de demande nécessite une planification et une organisation.

Il a déclaré aux journalistes qu'à son avis, le plan de la direction de la santé pour l'automne-hiver est imparfait car il met l'accent sur le secteur public alors qu'il devrait également inclure le privé.

Dites les rapports, la première prise par le DGS de la pandémie (en avril) était que le système SNS était «autosuffisant» et n’avait pas besoin d’aide «de l’extérieur».

natasha.donn@algarveresident.com