Artur Cruzeiro Seixas, le dernier représentant du surréalisme portugais, que beaucoup appelaient maître, est décédé le 8 novembre, à Lisbonne, et allait terminer 100 ans aujourd'hui, ce qui a conduit plusieurs agents culturels à rendre un hommage qui durera encore deux ans, et atteindre différents pays.

La prochaine exposition, qui se tiendra au siège de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), à Paris, s'ouvre le 5 mai 2021, sous le titre «Cruzeiro Seixas – Teima em ser poesia», organisée par la Fondation Cupertino de Miranda.

«Cette exposition, qui était prévue à la même date, cette année, dans le cadre de la Journée mondiale de la langue portugaise, a été reportée pour inaugurer aujourd'hui, 3 décembre, centenaire, mais elle a de nouveau été reportée en raison des restrictions de pandémie », a expliqué la directrice des arts, de l'information et de la communication de la Fondation, Marlene Oliveira, à Lusa.

C'est un spectacle qui «représentait l'accomplissement du rêve d'un artiste: avoir une exposition individuelle à Paris, avec des œuvres, des documents et des tapisseries», a indiqué la commissaire à propos du travail de ce nom essentiel du mouvement surréaliste, dont elle était l'une des principaux précurseurs au Portugal, aux côtés de Mário Cesariny (1923-2006).

Marlene Oliveira a également déclaré que l'exposition montrera le lien du travail de Cruzeiro Seixas avec la littérature et la langue portugaise, à travers des écrivains qu'elle admirait clairement, tels que Fernando Pessoa, Teixeira de Pascoaes et Mário de Sá-Carneiro, en plus des lettres attribuées à Mariana. Rembourré.

"L'exposition présentera un ensemble d'œuvres de Cruzeiro Seixas, des objets, des tapisseries de Portalegre et les fameux carnets de 'journaux non quotidiens'", a-t-il décrit, soulignant que l'exposition est en préparation avec le soutien de l'ambassadeur du Portugal auprès de l'UNESCO, António Sampaio de Nóvoa.

En 1999, l'artiste a fait don de sa collection artistique à la Fondation Cupertino de Miranda, à Vila Nova de Famalicão, qui a sauvegardé, exposé et publié l'œuvre de ce nom fondamental du surréalisme au Portugal, auteur d'un vaste travail dans le domaine de dessin et peinture, mais aussi sculpture et objets / sculpture, en plus de la littérature, avec un travail poétique étendu.

D'autres expositions suivent à Paris, avec «le prêt d'un ouvrage de référence» de Cruzeiro Seixas pour le collectif international «Global Surrealism», qui ouvrira ses portes au Metropolitan Museum of Art, à New York, le 4 octobre 2021 , puis se dirige vers la Tate Modern, à Londres, le 25 février 2022.

L'œuvre choisie pour représenter le surréalisme portugais porte le titre «Son regard ne regarde plus la terre, mais a les pieds dessus», et est un objet créé par Cruzeiro Seixas, en 1953, faisant partie de la collection donnée par l'artiste à Fondation Cupertino de Miranda, à Vila Nova de Famalicão.

Il y aura des expositions organisées avec des partenaires – comme la Galeria São Mamede et le Centro Português de Serigrafia – et le cycle de célébrations et d'hommages, qui a également un partenariat avec le ministère de la Culture, se poursuivra, en 2021, à la Société nationale des beaux-arts. (SNBA), avec une exposition personnelle.

Contacté par l'agence Lusa, le président de la SNBA, João Paulo Queiroz, a précisé que l'exposition ouvrira le 3 décembre 2021, pour coïncider avec l'anniversaire, et sera une rétrospective du travail d'un créateur «associé et ami», qui a déjà il a fait l'objet d'une rétrospective en 1982.

Cruzeiro Seixas a eu un long voyage artistique, commençant par une phase expressionniste, une autre néoréaliste et une autre, à partir de la fin des années 1940, plus prolongée, dans le mouvement surréaliste portugais, aux côtés de Mário Cesariny, Carlos Calvet, António Maria Lisboa, Pedro Oom et Mário-Henrique Leiria.

C'est ce mouvement artistique qui émerge au début du XXe siècle, qui révolutionne l'art, ce qui provoque chez lui une forte passion créatrice qu'il entretiendra jusqu'à la fin de sa vie. En 2011, dans une interview à l'agence Lusa, il déclarait, convaincu, à propos du mouvement surréaliste: «Jusqu'à aujourd'hui, rien n'est mieux sorti».

Artur Cruzeiro Seixas a laissé une vaste œuvre dans les arts visuels et visuels, et était également un poète prolifique.

Aujourd'hui, le jour où il aura 100 ans, le deuxième volume de son «Obra Poética» arrive en librairie, avec le sceau de Porto Editora, organisé par Isabel Meyrelles, autre nom incontournable du surréalisme portugais, et le lancement de «Eu Falo em Chamas» , par la Fondation Cupertino de Miranda, ainsi que la projection, à la Cinémathèque portugaise, du film «Cartas do Rei Artur», de la réalisatrice Cláudia Rita Oliveira, avec une production de Miguel Gonçalves Mendes.

Poursuivant ce cycle de célébrations du centenaire de la naissance, qui a commencé le 19 septembre, la SNBA ouvre également aujourd'hui le noyau de «Cadavres Exquis», dans l'exposition «Cruzeiro Seixas – Fazedor Nada Perfeito», organisée par Carlos Cabral Nunes , avec un ensemble de 60 œuvres de l'artiste, en partenariat avec d'autres, portugais et étrangers, tels qu'Alberto Trindade, Alfredo Luz, Fernando José Francisco, Liudvika Koort, Mário Cesariny, Valter Hugo Mãe, Mário Botas et Sophia Zhong.

Le cycle a également lieu à Perve Galeria, Casa da Liberdade – Mário Cesariny, et à l'espace d'exposition de l'Associação Mutualista Montepio (Atmosfera m), avec deux autres expositions, respectivement «Construir o Nada Perfeito» et «Construir Cem Nadas Perfeito», qui réunissent oeuvres inédites de l'artiste et en son honneur, d'auteurs tels qu'Eurico Gonçalves, Javier Felix et Alfredo Luz.

En octobre, Cruzeiro Seixas – né le 3 décembre 1920 à Amadora – a reçu la Médaille du mérite culturel pour sa contribution à la culture portugaise.

AG // MAG