Le Syndicat national des gardiens de prison (SNCGP) a programmé une grève les 15 et 16 juillet pour alerter une fois de plus sur les problèmes de la classe et ce qu'il considère comme l'inactivité du ministre de la Justice et des services pénitentiaires.

Dans un communiqué signé par le président du syndicat, Jorge Manuel Rocha Alves, la SNCGP a indiqué que le 15, une veillée aura lieu à la direction générale de la réinsertion et des services pénitentiaires (DGRSP) et le lendemain devant le ministère de la Justice, remplissant les règles établies dans le cadre de la pandémie de Covid-19.

Le syndicat affirme que "depuis le mandat précédent, et plus prononcé dans le mandat actuel, il n'a pas été possible de dialoguer car le ministre n'a jamais manifesté d'intérêt à le promouvoir, ce qui va à l'encontre de ce que le gouvernement défend en termes d'indications de l'Union européenne".

«Avec une nouvelle direction du DGRSP, nous avons constaté qu'après la moitié du mandat de Rómulo Mateus, le changement n'a fait qu'aggraver les problèmes», ajoute-t-il.

La SNCGP souligne que «contrairement à Celso Manata (ancien directeur général), Rómulo Mateus» montre qu'il vit mal avec l'exercice des droits fondamentaux des travailleurs du Corps des gardiens de prison et, pour cette raison, qu'il ne s'est pas réuni depuis plus d'un an avec le syndicat, lorsqu'il y a de nombreux problèmes non résolus et plusieurs questions à régler prévues dans le statut de la prison qui a été approuvé il y a plus de six ans ».

«Comme la patience a des limites», dit le syndicat, «ne voyons pas d'autre alternative» que la grève, «pour exprimer publiquement son indignation face au silence absolu» des ministres Francisca Van Dunem et Rómulo Mateus.

Il exprime également "une indignation accrue lorsque la ministre s'est rendue au Parlement pour répondre aux députés en disant que le CGP allait bien et qu'il n'y avait qu'un seul problème avec la carrière de la chef quand elle savait parfaitement que tout allait mal".

"Malgré la pandémie de Covid-19, nous ne pouvons pas rester les bras croisés en attendant ce qui ne vient jamais, mais nous veillerons à ce que toutes les indications DGS soient respectées et garantissons ainsi une distance de deux mètres et l'utilisation de masques", mentionnant également que il n'y aura que quelques dirigeants sur les lieux de veille.

ARA // JMR

Le contenu du gardien de prison marque une grève face à «l'inopérabilité du gouvernement» qui apparaît pour la première fois à Visão.