Le ministre de l’Environnement a estimé aujourd’hui que les entités publiques allaient au-delà des objectifs fixés dans l’exécution du plan de prévention des incendies, mais a averti que l’été de cette année pourrait s’étendre jusqu’au début du mois d’octobre.

« Nous sommes préparés à une époque où le risque est toujours plus grand », a déclaré João Pedro Matos Fernandes aux journalistes à l’issue d’une réunion du Conseil de coordination de l’AGIF (Agence pour la gestion intégrée des incendies en milieu rural), qui s’est tenue au Centre culturel Centre de Belém, à Lisbonne, et qui était présidé par le premier ministre, António Costa.

Devant les journalistes, le ministre de l’Environnement a défendu que, pour cette année, côté prévention, le pays est allé « globalement au-delà des objectifs qui s’étaient fixés, à savoir dans l’ouverture des bandes d’interruption de carburant ».

« En revanche, tous les moyens aériens sont déjà disponibles. Il y en a 60 – et ils sont tous situés aux bons endroits compte tenu de ce que l’on estime être le risque d’incendie. L’appareil est le plus grand de tous, avec plus de 200 hommes que l’an dernier, dépassant les 12 000 soldats. Et nous avons 12 drones également entièrement disponibles pour des actions de surveillance », a-t-il précisé.

Toujours en ce qui concerne l’aspect prévention, le membre de l’exécutif a même affirmé que, jusqu’en mai dernier, « plus du double de ce qui était prévu avait été fait ».

João Pedro Matos Fernandes a défendu plus tard que, pour cette année, « il n’y a aucune nouvelle d’un quelconque retard » dans la préparation de la période de risque d’incendies de forêt, mais a averti que les conditions météorologiques pourraient être défavorables.

« Ces derniers jours, la température a déjà beaucoup augmenté et on s’attend à ce qu’elle soit supérieure à la normale pour la saison au cours des prochains jours. Les prévisions météorologiques à moyen et long terme, bien que toujours faillibles, laissent entrevoir un été qui pourrait se prolonger », a-t-il souligné.

A ce stade, le chef du ministère de l’Environnement a estimé que le scénario de fin septembre et début octobre « est toujours une période de grande préoccupation » en ce qui concerne les incendies de forêt.

« Ayant les entités publiques fait tout ce qui était le leur, c’est à moi d’appeler les Portugais à être très prudents avec l’utilisation du feu, à ne faire des feux en aucune circonstance les jours où ils sont interdits et à être très prudent. avec l’utilisation de machines agricoles », a-t-il indiqué.

Lors de la conférence de presse, le ministre de l’Environnement a refusé de donner des garanties sur ce qui se passerait pendant les mois d’été, mais a réitéré l’idée que les entités publiques « ont vraiment fait ce qu’elles avaient à faire ».

« Il n’y a pas de comparaison avec il y a cinq ans, par exemple, en termes d’articulation entre les différents services, ou entre la capacité de chacun et la manière dont ils partagent l’information. Mais nous ne pouvons jamais nous reposer, car le Portugal est un pays au climat méditerranéen, où les incendies sont malheureusement fréquents », a-t-il ajouté.

Devant les journalistes, João Pedro Matos Fernandes a également évoqué le fait que la résolution du Conseil des ministres approuvant le Plan d’action national pour la gestion intégrée des incendies en milieu rural, avec plus de 7 000, a été publiée dans Diário da República. millions d’euros par 2030.

Après avoir été approuvé en mars par le Conseil des ministres, le Programme d’action national (PNA) du Plan national de gestion intégrée des incendies en milieu rural était auparavant en consultation publique.

Le PNA du Plan National de Gestion Intégrée des Incendies Rurales (PNGIFR), à horizon 2030, repose sur quatre orientations stratégiques, à savoir valoriser les espaces ruraux, prendre soin du territoire, modifier les comportements et gérer efficacement les risques, selon le résolution du Conseil des ministres.

Dans le cadre de la modification des comportements, le PNA vise à « réduire de 80 % le nombre d’allumages les jours où le risque est plus important », et une gestion efficace du risque d’incendies ruraux.

Le PNA propose plus de 200 initiatives, qui sont définies en 12 objectifs stratégiques à atteindre à travers 28 programmes et 97 projets, avec un budget de 7 122 millions d’euros.

Les objectifs du Plan national de gestion intégrée des incendies en milieu rural sont la protection des vies humaines, la réduction du pourcentage d’incendies de plus de 500 hectares, pour s’installer en dessous de 0,3% du total, et la superficie brûlée accumulée au cours de la période de la décennie de moins de 660 000 hectares.