Nina Kozachok, 38 ans, Vladislav et Rostislav, âgés de 15 et 8 ans, vivaient à Vinnitsa mais, dès le début de la guerre, ils ont fui vers la Pologne, où ils sont restés quelques jours dans un pavillon avec « plus de 1 500 personnes » de diverses nationalités, « peur et dans des conditions humanitaires très difficiles ».

Nina dit que c’est durant cette période, via Facebook, qu’elle a appris que le Portugal recevait des Ukrainiens en leur promettant « travail, maison et école pour les enfants ».

« C’est très important pour quiconque a deux enfants. Le Portugal était le pays qui offrait les meilleures conditions [para acolhimento]», raconte Nina, qui ne connaissait pas le pays, ni Guimarães, la ville où elle est arrivée avec d’autres compatriotes dans un van neuf places, avec un mélange de « tristesse, de bonheur et d’incertitude » quant à l’avenir.

Cependant, la peur « de l’inconnu » de l’esthéticienne s’est rapidement transformée en « bonne surprise », à commencer par les conditions qu’elle a trouvées dans la maison de la famille d’accueil, dans la paroisse de Fermentões.

« Nous n’en revenions pas : chambres préparées, table pleine de nourriture, avec des céréales pour les enfants, le frigo plein. Je suis très reconnaissante envers cette famille », souligne Nina, par la voix du traducteur qui a accompagné l’entretien qui s’est déroulé au domicile de la famille d’accueil.

Quant à ses enfants, sa plus grande inquiétude est celle de son mari, 38 ans, qui a dû rester en Ukraine, rapporte qu' »une semaine » après son arrivée, ils fréquentaient déjà les écoles de la commune de Guimarães, qui se sont adaptées à leurs besoins. « nouveaux étudiants », qui apprennent le portugais, la géographie, l’anglais, entre autres matières.

« Ils ont été très bien accueillis dans les écoles. Le plus jeune est en 2e année à [escola] Fernando Távora et l’aîné en 10e année, à [escola] Francisco da Holanda », explique Nina Kozachok, ajoutant que Vitória Sport Clube a également proposé de les recevoir dans divers sports.

Visiblement émue, la mère remercie et exprime une « profonde gratitude » à la famille d’accueil et aux entités qui ont aidé sa famille dans cette « phase difficile », à savoir les services de la Mairie de Guimarães, qui « sont toujours disponibles » pour soutenir, mais suppose qui veut avoir son indépendance.

« J’ai déjà un entretien d’embauche prévu. Je veux travailler, gagner mon argent, avoir une vie indépendante. Je veux organiser ma vie », souligne Nina, pour qui le retour en Ukraine n’est, ces jours-ci, qu’un « souhait et un rêve ».

Celles qui travaillent déjà sont Daria Makarova, 34 ans, et Juliia Yehorenkova, 42 ans, des amies qui ont fui avec leurs enfants, âgés de 14 et 16 ans, de Nikopol, une ville située à environ 420 kilomètres de la capitale Kiev.

En Ukraine ils travaillaient dans une boulangerie, à Guimarães ils sont salariés, avec un contrat de travail, dans l’Unité de Soins Continus et de Moyenne Durée et de Réadaptation du Centre Social Paroissial de Polvoreira (CSPP), dans lequel ils « s’intègrent très bien », avec l’aide précieuse de ‘Traducteur Google’.

Un collègue moldave, qui est au Portugal depuis plusieurs années, a servi de traducteur dans la conversation avec les deux femmes, qui, dès que la guerre a éclaté, se sont enfuies à Lviv, près de la frontière polonaise, où elles sont restées pendant cinq à six jours. .

Ils disent que, comme Nina, avec qui ils ont voyagé dans le même petit bonhomme arrivé dans la ville natale le 15 mars, c’est via Facebook qu’ils ont obtenu des informations sur les conditions que le Portugal offrait aux réfugiés ukrainiens, à savoir, « nourriture, travail, tout ».

La « paix, la tranquillité, les paysages » et les conseils d’un ami ayant des liens avec l’Angola ont été fondamentaux pour choisir le Portugal comme destination pour échapper à la guerre et ils ont risqué de tomber « au hasard », sans rien savoir ni personne.

Les quatre vivent dans un appartement qui appartient au CSPP, qui prendra en charge les dépenses liées au logement, pendant un an. Passé ce délai, un contrat de location sera conclu, à un prix abordable.

Les enfants Daria et Julia fréquentent également les écoles du comté, où elles ont été « très bien accueillies et intégrées » par les établissements scolaires et leurs collègues.

Interrogé sur un éventuel retour en Ukraine, cela semble être, pour le moment, une réalité très lointaine.

« Je vis un jour à la fois. Je ne sais pas demain », a répondu Julia.

JGS // LIL