Le président des États-Unis (USA), Donald Trump, a annoncé lundi qu'il souhaitait réduire à 25 mille le nombre de militaires américains déployés sur le territoire allemand, en réponse, comme il l'a caractérisé, à une délinquance allemande au niveau de les dépenses militaires et pour tenter de faire pression sur Berlin pour augmenter ses contributions à l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN).

Malgré l'annonce de Trump, l'ambassadeur Kay Bailey Hutchison a souligné qu'à l'heure actuelle, aucune décision "concrète" n'avait encore été prise concernant ce retrait.

«Je pense qu'il n'y aura pas de réduction de l'engagement des États-Unis envers l'Europe. Je pense que c'est plus fort que jamais », a déclaré le représentant américain lors d'une conférence de presse avant la réunion des ministres de la défense de l'OTAN qui se tiendra par visioconférence mercredi et jeudi.

En fait, a poursuivi l'ambassadeur, la présence militaire des États-Unis en Europe "a augmenté et n'a pas diminué", citant, entre autres, "les milliers de soldats supplémentaires" déployés en Pologne.

Lundi, dans un communiqué à la presse, Donald Trump a annoncé son intention de réduire le contingent américain stationné sur le territoire allemand et a expliqué les raisons.

«Jusqu'à ce qu'ils paient, nous retirerons nos soldats, environ la moitié, et ils resteront environ 25 000 et nous verrons où nous allons, mais l'Allemagne est devenue un délinquant. Pourquoi devrions-nous continuer à faire ce que nous faisons s'ils ne veulent pas payer? », A déclaré le chef de l'Etat américain.

Trump a expliqué qu'il y a actuellement 52 000 soldats américains sur des bases allemandes, un nombre qui comprend environ 34 500 militaires en service actif.

Les autres membres du personnel sont des employés civils du Département de la défense des États-Unis.

Toujours lors de la conférence de presse d'aujourd'hui, l'ambassadeur des États-Unis auprès de l'OTAN a souligné que, pour le moment, il n'y a pas de calendrier ni de plan définitif pour ce retrait, garantissant que Trump, selon les informations à sa disposition, a chargé l'armée de «évaluer la structure des forces (nord-américaines) en Europe »et en examinant où il serait le plus efficace d'avoir des militaires« pour mieux servir la dissuasion et la défense de toute l'Europe ».

"Une grande partie de cela est en phase d'évaluation, mais rien n'a été établi", a déclaré le représentant.

Bien qu'il reconnaisse l'Allemagne comme un partenaire "solide", un pays qui accueille les troupes américaines "depuis longtemps", Kay Bailey Hutchison a souligné "qu'il est clair" que Berlin "doit faire plus dans le domaine de la défense".

Et il a rappelé que la ministre allemande de la Défense, Annegret Kramp-Karrenbauer, et la chancelière allemande, Angela Merkel, avaient déjà admis que le pays devait augmenter ses dépenses militaires.

SCA // ANP