Dans une information publiée sur son portail, l'Autorité fiscale et douanière (AT) précise que la délivrance de cette certification par l'expert-comptable «doit être effectuée jusqu'à la date du 3ème versement au titre de la période 2020 (15 décembre) Décembre, pour les contribuables dont la période d'imposition coïncide avec l'année civile) ».

L'enjeu est la certification des conditions qui permettaient aux entreprises de suspendre partiellement ou totalement les premier et deuxième acomptes, l'une des mesures d'atténuation de l'impact de la pandémie de covid-19 appliquée en 2020.

Habituellement, les entreprises effectuent trois paiements au titre de l'IRC (jusqu'au 31 juillet, jusqu'au 30 septembre et jusqu'au 15 décembre), c'est-à-dire qu'elles reportent l'impôt, qui est calculé sur la base de l'IRC de la période fiscale précédente.

Le Code IRC exige que les premier et deuxième paiements soient toujours effectués, permettant, sous certaines conditions, la suspension du tiers.

Cette année, cependant, l'impact de la pandémie sur l'activité commerciale et la facturation a conduit à la création d'un régime d'exception qui modifie ces règles, permettant aux coopératives, micro, petites et moyennes entreprises de suspendre totalement les deux premiers paiements.

Sont également couvertes par cette suspension totale les entreprises des secteurs les plus touchés par la pandémie (restauration, hébergement, etc.) et toutes celles qui ont enregistré une baisse de chiffre d'affaires de plus de 40% au cours des six premiers mois de cette année par rapport à la même période de 2019.

En revanche, les entreprises dont le chiffre d'affaires annuel est supérieur à 20%, mais inférieur à 40% ont été autorisées à payer 50% des premier et deuxième paiements au titre de l'IRC.

Dans les informations désormais publiées, il est souligné que «si l'assujetti constate, sur la base des informations dont il dispose, que, du fait de la réduction totale ou partielle des premier et deuxième acomptes, un montant plus élevé ne peut plus être payé. «A 20% de ce qui, dans des conditions normales, aurait été livré, ce régime exceptionnel permet« la possibilité de régler le montant manquant jusqu'au dernier jour de l'échéance du troisième paiement, sans aucune charge ni frais ».

Pour ce faire, il est cependant nécessaire que l'expert-comptable certifie que l'entreprise remplit les conditions pour avoir bénéficié de la suspension totale ou partielle des deux premiers paiements et effectuer tout ce qui est nécessaire chez ce tiers, sans aucune charge ni frais.

Afin d'accompagner les comptables sur l'impact pratique de ce régime exceptionnel de paiement au titre de l'IRC en 2020, l'Ordre des Experts Comptables (OCC) a préparé un simulateur et simulé des cas pratiques de ce qu'il faut faire dans ce troisième versement qui illustrent les trois scénarios possibles pour chacun société: suspension totale des deux premiers acomptes; Paiement de 50% ou paiement intégral.

LT // EA