Les chefs d'État et de gouvernement de l'Union européenne célèbrent aujourd'hui un sommet par vidéoconférence pour discuter de la réponse à la crise au Bélarus à la suite des élections présidentielles du 9 août, dont ils rejettent les résultats.

Après que les chefs de la diplomatie de l'UE ont également tenu une réunion extraordinaire par vidéoconférence vendredi dernier, ils ont ensuite décidé de décréter de nouvelles sanctions contre les responsables de la répression violente des manifestations pour contester la réintégration d'Alexandre Loukachenko et le «faux» de loi électorale, la situation au Bélarus sera maintenant discutée au niveau des dirigeants des 27.

Selon des sources européennes, les récents développements justifient la situation débattue au niveau des chefs d'État et de gouvernement, qui devraient «envoyer un message important de solidarité au peuple biélorusse», c'est pourquoi le président du Conseil européen, Charles Michel, a décidé lundi de convoquer cette réunion.

En plus de souligner l'idée que le peuple bélarussien a le droit de déterminer son avenir et de choisir librement ses dirigeants, en défendant la célébration de nouvelles élections libres et transparentes, le Conseil européen devrait également mettre en garde contre toute ingérence extérieure dans un message à Moscou.

La visioconférence des dirigeants de l'UE commence à 11h00 Lisbonne, 12h00 Bruxelles,

La Biélorussie a été le théâtre de plus d'une semaine de manifestations contre la réélection du président Alexander Lukashenko, que beaucoup, y compris l'UE, considèrent comme frauduleuses.

Au pouvoir depuis 26 ans, Alexandre Loukachenko a obtenu, selon la Commission électorale centrale du pays, plus de 80% des voix le 9 août, remportant son sixième mandat.

Depuis, plus de 6 700 personnes ont été arrêtées lors d'actions de protestation et des centaines de personnes déjà libérées ont rapporté des scènes de torture subies en prison.

Dimanche, l'une des plus grandes manifestations d'opposition de l'histoire biélorusse a eu lieu, avec plusieurs dizaines de milliers de personnes à Minsk pour exiger le départ du chef de l'Etat, mais le président a déjà rejeté la possibilité de tenir de nouvelles élections présidentielles.

La candidate de l'opposition à la présidence, Svetlana Tikhanovskaya, réfugiée en Lituanie, a déclaré lundi qu'elle était prête à diriger le pays, affirmant qu'elle ne «voulait pas être politique», mais que «le destin a décrété qu'elle serait au premier plan face à l'arbitraire et à l'injustice ».

Svetlana Tikhanovskaya a qualifié le vote de fraude, après que la Commission électorale lui a donné 10% des voix.

ACC (ANE / PMC) // FPA

Les dirigeants de l'UE débattent aujourd'hui de la crise au Belarus lors d'une réunion extraordinaire qui apparaît en premier dans Vision.