L’insurrection armée dans la province de Cabo Delgado, qui a conduit le haut représentant de l’UE pour la politique étrangère, Josep Borrell, à demander au ministre portugais de se rendre au Mozambique en son nom, est l’un des nombreux points à l’ordre du jour de la réunion que les chefs la diplomatie des 27 célèbre aujourd’hui à Bruxelles, en personne, malgré la pandémie de covid-19.

Jeudi dernier, à l’issue de la visite au Mozambique, le chef de la diplomatie portugaise a estimé que tous les objectifs politiques du déplacement étaient « atteints », à savoir exprimer « la solidarité européenne » face à la crise humanitaire, remerciant « la disponibilité » à accueillir la mission politique, et «écouter les autorités mozambicaines» pour évaluer la situation et rendre compte des besoins.

Soulignant qu’il informerait aujourd’hui ses homologues de l’UE des domaines clés de soutien au Mozambique identifiés en collaboration avec les autorités mozambicaines – formation militaire, soutien à l’action humanitaire pour la population et soutien à l’agence de développement dans le nord du pays -, Santos Silva il a dit qu’il espérait « que dès que possible le programme de renforcement de la coopération sera conçu, approuvé et dans des conditions à mettre en œuvre ».

La violence armée dans la province septentrionale du Mozambique, où se développe le plus grand investissement multinational privé d’Afrique, pour l’exploitation du gaz naturel, provoque une crise humanitaire avec plus de deux mille morts et 560 mille personnes déplacées, sans logement ni nourriture. , ce qui a poussé les autorités mozambicaines à solliciter l’assistance de l’UE.

Outre la situation à Cabo Delgado, les chefs de la diplomatie des 27 ont un ordre du jour chargé lors de leur première réunion de l’année, qui, étant la politique étrangère – sous l’autorité du Haut Représentant, depuis l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne -, et contrairement aux autres formations du Conseil, il n’est pas dirigé par la présidence portugaise du Conseil de l’UE, mais par Josep Borrell.

Le principal sujet à l’ordre du jour officiel est la diplomatie climatique et énergétique, mais les ministres aborderont un certain nombre d ‘ »affaires courantes », telles que la détention d’Alexei Navalny en Russie, la situation à Hong Kong, dans la Corne de l’Afrique et au Venezuela. , et il y a eu également un échange de vues avec le Ministre des affaires étrangères du Japon, Toshimitsu Motegi, qui se joindra à la réunion par vidéoconférence.

Mardi, Augusto Santos Silva présentera les priorités de politique étrangère de la présidence portugaise du Conseil de l’UE – qui court jusqu’à fin juin – devant la commission parlementaire des Affaires étrangères du Parlement européen.

ACC (LFO) // PJA