Le porte-parole de ces députés du PAIGC, Luís de Jesus, communément appelé Nené Cá, a justifié sa position, même contre les directives du parti, dans le sens de boycotter la session plénière du Parlement, avec la «nécessité de débloquer le pays et mettre fin aux guerres politiques ».

«Nous ne sommes pas ici pour servir d'obstacle au développement de ce pays, ni du peuple. Nous ne voulons pas créer de blocus politique ou d'instabilité, mais plutôt nous sommes ici pour défendre loyalement la mission que le peuple nous a confiée », a observé Nené Cá.

Le député a déclaré qu'il en avait assez des «guerres insignifiantes, dans lesquelles il n'y a ni gagnants ni perdants» et c'est pourquoi ils ont décidé de soutenir le programme gouvernemental du Premier ministre, Nuno Nabian.

Nené Cá a estimé que les guerres politiques «ne font que retarder davantage» la Guinée-Bissau et que le moment est venu pour les Guinéens d'évoluer et de prendre en compte que la politique «est un exercice dynamique».

Le député du PAIGC a déclaré qu'il voulait que la Guinée-Bissau ressemble au moins à ses voisins le Sénégal et la Gambie, avec des routes goudronnées et d'autres infrastructures sociales.

«Le Sénégal a des zones où l'autoroute quitte la capitale pour les régions, avec plus de 200 kilomètres, nous n'avons même pas 10 kilomètres de route ici. Assez! », A déclaré Nené Cá, pour qui la Guinée-Bissau a, avec le gouvernement actuel, sa« dernière chance ».

Au lieu de se concentrer sur les querelles politiques, le député du PAIGC a demandé aux Guinéens de prêter attention à la pandémie causée par le nouveau coronavirus qui, selon lui, tuait quotidiennement "environ 30 personnes ou plus".

"En plus de ces gens, il y a encore ceux qui sont enterrés dans les 'tabancas' sans connaître les statistiques", a expliqué le député, se référant aux villages.

Selon Nené Cá, pour continuer à ce rythme, a-t-il dit, le coronavirus pourrait tuer la moitié de la population guinéenne.

Pour tout cela et pour ne pas être intéressé par la dissolution du Parlement, comme le président guinéen Umaro Sissoco Embalo l'a menacé à plusieurs reprises, au cas où les divergences entre les parties persistent, Nené Cá a déclaré qu'il avait décidé de soutenir le programme du gouvernement de Nuno Nabian.

«Je tiens à m'excuser auprès de tous les militants de notre parti, au nom de mes collègues députés, pour la décision que nous avons prise. Nous savons qu'ils n'étaient pas satisfaits de nous, mais nous pensons que nous devrions mettre fin à ce problème dans le pays », a déclaré Nené Cá.

Le député espère que le temps indiquera bientôt de quel côté se trouve la vérité parmi ceux qui se sont rangés du côté du gouvernement ou ceux qui sont du côté des dirigeants du PAIGC.

MB // PJA