Il s'agit d'une proposition de loi gouvernementale sur le renforcement des garanties des contribuables et la simplification des procédures qui prévoit, entre autres mesures, la reformulation du régime d'exonération et de réduction des amendes, et la création d'un mécanisme de conciliation entre les contribuables et les l'autorité fiscale et douanière (AT) avant la fin d'une inspection.

Lors de l'ouverture du débat sur cette proposition, le secrétaire d'État aux Affaires fiscales, António Mendonça Mendes, a souligné que l'objectif des modifications proposées est d'améliorer la relation entre l'assistance technique et les contribuables, en promouvant «ce qui est le plus pertinent», c'est-à-dire: «Conformité volontaire».

Parmi les diverses mesures de la proposition, il y a l'établissement de critères objectifs sur le nombre de décisions des tribunaux supérieurs dans la même direction qui obligent automatiquement l'AT à conformer ses performances à ces décisions.

"Lors de la fixation de ce critère, nous avons la garantie que l'AT ne plaidera pas avec les contribuables alors qu'il existe déjà une jurisprudence solide en la matière", a déclaré le secrétaire d'Etat.

Selon la proposition, AT est désormais expressément tenue de réviser ses lignes directrices en faveur des contribuables lorsqu'ils traitent de questions discutées dans une décision sommaire d'une juridiction supérieure, lorsqu'il existe une décision d'uniformiser la jurisprudence de la Cour administrative suprême et même lorsque il y a une jurisprudence répétée dans les juridictions supérieures, qui se manifeste par cinq décisions finales et sans appel dans le même sens – sans que les décisions des tribunaux supérieurs en sens inverse ne soient également définitives, en nombre plus élevé.

Le renforcement du droit des commissaires aux comptes des contribuables qui demandent des informations contraignantes, le report du début de la procédure d'exécution fiscale à la fin de la période de défense (pour les dettes jusqu'à 5000 euros pour les particuliers et jusqu'à 10000 euros pour les entreprises) ) et la simplification du régime d'augmentation ou de réduction de la saisie des soldes bancaires sont d'autres modifications envisagées dans la présente proposition.

Au cours du débat, des députés de divers partis d'opposition ont émis des doutes sur le contenu et les objectifs du diplôme, affirmant que, dans certains domaines, il ne répond pas à ce qui est nécessaire, le banc PS montrant sa disponibilité pour améliorer et clarifier le texte lors de la discussion dans la spécialité.

Un projet CDS-PP était également en discussion qui, dans le cadre de l'agilité procédurale, propose l'introduction du processus de conciliation fiscale volontaire.

Selon la députée Cecília Meireles, il s'agit d'un projet «principalement pour soulager les tribunaux», mais BE et PCP l'ont considéré comme une proposition visant à promouvoir la justice privée.

Le débat a également porté sur un projet de résolution de l'Initiative libérale sur la création d'un compte courant entre les contribuables et l'État.

LT // SR