Salle de presse, 8 novembre 2021 (lusa) —

Le document, signé par des personnalités telles que l’écrivain Alice Vieira, le député José Manuel Pureza, le journaliste Jorge Wemans ou l’ancien président de Cáritas, Eugénio Fonseca, fait autorité : « Si nous voulons entretenir un dialogue avec la société à laquelle nous appartenons et que nous servir, il n’y a pas d’alternative ! ».

« C’est avec beaucoup d’angoisse et d’embarras que nous avons assisté ces dernières semaines à une recrudescence d’articles d’opinion publiés dans la presse de premier plan sur les crimes d’abus sexuels commis par le clergé catholique et l’incapacité de l’Église à les empêcher. Sans exception, ces articles véhiculent des positions très critiques sur les origines du phénomène et une appréciation sévère de l’immobilité ou de l’ambiguïté auxquelles la hiérarchie portugaise se référait à cet égard », notent les abonnés de la lettre, qui a également été portée à la connaissance de l’Apostolique Nonce au Portugal.

Dire de deviner « la réponse à l’hypothèse anticipée de l’existence de victimes dans le contexte de la réalité portugaise : il n’y a quasiment aucun cas signalé », les plus de 240 abonnés de la lettre soutiennent que « cela ne peut pas être sérieusement considéré comme un argument car il est désormais consolidé et consensuel de prendre conscience que ce type d’action, observé dans l’Église catholique sous toutes les latitudes et tous les environnements culturels, est systémique et directement lié à l’exercice du pouvoir en son sein et, sur un autre plan, avec couverture passive ou active -manœuvres de montée ».

« Seule la vérité nous permet d’avoir une relation libre et transparente avec ceux que notre foi nous invite à servir. Par conséquent, nous pensons que seule une enquête approfondie et indépendante peut confirmer cette éventuelle exceptionnalité de l’Église au Portugal. Si cette initiative n’est pas prise, nous craignons que l’inaction du CEP ne soit perçue par la société portugaise comme un camouflage », préviennent-ils.

« Nous appelons vivement le CEP à s’aligner sur les orientations du pape François et à prendre, de toute urgence, la décision de lancer une enquête nationale rigoureuse, complète et véritablement indépendante, avec un délai de 50 ans, sous la responsabilité d’une commission d’experts composée exclusivement de laïcs catholiques, non-croyants, professionnels des sciences sociales et de la justice, dont l’autonomie et l’indépendance sont absolument incontestables, même si elle peut éventuellement être assistée par un élément du clergé », ajoutent-ils.

Selon les abonnés à la lettre, « cette enquête ne devrait pas être menée par la commission nationale qui serait en préparation. [pela CEP], ni, évidemment, remplacé par lui ».

« C’est notre conviction bien fondée que si le CEP ne prend pas immédiatement cette initiative, dans les termes évoqués, l’enquête finira par avoir lieu par décision politique, ce qui entraînera certainement une augmentation des coûts de réputation pour l’Église, un plus de tristesse que nous voulons tous résolument éviter », concluent-ils.

Aujourd’hui, à Fátima, le président de la Conférence épiscopale portugaise (CEP) a assuré que l’Église portugaise fera tout pour « protéger les victimes, établir la vérité historique » et prévenir les situations d’abus sexuels au sein de l’institution.

A l’ouverture de la 201e Assemblée plénière de la CEP, dont la question des abus au sein de l’Église est le thème qui attire le plus l’attention, la création d’un groupe national de coordination pour traiter de la question, également l’évêque de Setúbal, est prise pour accordé. , José Ornelas, a déclaré que le thème est « un défi pour toute la société » et que l’Église le considère « comme une priorité ».

« C’est une des questions de cette Assemblée, afin de vérifier les processus en cours, de mieux articuler les instances diocésaines et la coordination nationale, afin d’offrir des opportunités sûres et fiables dans la réception des plaintes et le suivi des victimes d’abus, dans la clarification des processus et, surtout, dans la formation des personnes », a déclaré le président de la Conférence épiscopale, laissant la garantie : « Nous ferons tout pour protéger les victimes, découvrir la vérité historique et empêcher ces situations dramatiques qui détruisent personnes et contredisent l’être et la mission de l’Église.

José Ornelas en a également profité pour citer le Pape François, selon lequel « la protection des mineurs est, de plus en plus, concrètement, une priorité ordinaire dans l’activité éducative de l’Église, c’est la promotion d’un service ouvert, fiable et autorisé. , en net contraste avec toute forme de domination, défiguration de l’intimité et silence complice ».

Comme le secrétaire du CEP, le père Manuel Barbosa, l’a admis le 12 octobre, l’Église catholique au Portugal procédera à la constitution d’une commission nationale pour coordonner les commissions diocésaines de protection des mineurs et des adultes vulnérables.

Cette commission aura pour objectif de définir des critères et procédures communs aux 21 commissions diocésaines, ainsi que de leur apporter un appui, notamment dans la gestion de l’information.

La création d’un manuel de procédure commun à tous les diocèses et organes de l’Église face aux allégations d’abus sexuels sera l’un des objectifs du groupe de coordination qui sera créé lors de l’Assemblée plénière de l’épiscopat, qui a débuté aujourd’hui et se poursuit jusqu’à jeudi prochain. .

JLG // ZO