Certains anciens guérilleros de la Résistance nationale mozambicaine (Renamo) qui ont remis des armes en juin, en cours de démilitarisation, sont rentrés dans leur village d'origine, mais craignent désormais d'être la cible d'une nouvelle menace.

Ils craignent que les forces de l'Etat ne soient pas en mesure de distinguer les anciens guérilleros réintégrés dans la vie civile des dissidents de la junte militaire autoproclamée, qui ont déjà tué 24 personnes dans la région l'année dernière.

Ce sont des rebelles qui travaillent dans certaines zones du centre du pays, dirigés par Mariano Nhongo, fermés au dialogue et se disant mécontents de l'accord de paix et de la direction de la Renamo.

La zone du village de Cheadeia, dans le district de Nhamatanda, province de Sofala, a été l'une des étapes de cette violence.

Là et ailleurs, la Renamo accuse les forces de l'Etat d'enlever et d'assassiner certains de ses membres – mais sans préciser de cas précis – en menant des recherches pour la réunification de dissidents affiliés à la junte.

De leur côté, les autorités accusent les rebelles de la Renamo d'avoir assassiné des dirigeants locaux et vandalisé les infrastructures publiques.

«Chaque fois que les forces de défense arrivent, nous avons peur, car nous n'avons plus d'armes», raconte João Ruben, 52 ans, à Lusa, dont 30 ont passé dans diverses bases de guérilla, démobilisées en juin, à Savane, district de Dondo ( Sofala).

L'ex-guérillero raconte que lors des visites dans le village en 1992, à la fin de la «guerre de 16 ans» (désignation donnée à la guerre civile mozambicaine) et pendant la trêve de 2016, lui et d'autres collègues armés ont été la cible de persécutions par les forces. entreprises publiques.

Il craint que les mêmes forces ne soient désormais incapables de distinguer les guérilleros réintégrés des dissidents de la junte.

«Nous avons été démobilisés pour nos maisons. A son arrivée (dans le village), l'hôpital a été incendié et les forces d'intervention rapide (UIR) sont arrivées », décrit-il, pour illustrer une situation dans laquelle il avait peur.

João Ruben exprime un sentiment général parmi les rapatriés, bien qu'il exprime sa confiance en une réconciliation prochaine.

Pour Jossias Combo, autre ex-guérillero et escorte du chef de l'époque de la Renamo, Afonso Dhlakama, il y a un manque de vraie réconciliation pour que sa réintégration puisse se transformer en tranquillité et paix.

Dans un portugais parlé avec difficulté, il essaie de traduire de manière simple ce qui le tourmente.

Il craint que des dissidents de la Renamo n'entrent dans le village: la junte «gâte, et non satisfaite, le gouvernement entre aussi».

Au milieu du conflit, les personnes démobilisées ne veulent pas être des dommages collatéraux simplement parce que la junte porte également le nom du plus grand parti d'opposition, malgré une position opposée.

Plusieurs guérilleros, a-t-il poursuivi, ont même dormi dans les bois avec leur famille en raison de la vague présumée de persécution et de meurtre de membres du parti, parlée, mais que personne ne peut confirmer.

Ce sentiment d'insécurité des ex-guérilleros démobilisés a conduit la Renamo à développer une série de campagnes de sensibilisation dans les villages où elles sont réintégrées.

Les séances tentent de garantir qu'il y a des conditions pour vivre sans se cacher des autorités et sans crainte de persécution.

S'adressant à Lusa, Albertina Sibanda, déléguée politique du district de Renamo à Nhamatanda, a déclaré que les ex-guérilleros ont l'expérience de la vie en tant que civils, mais que leur insertion politique est essentielle afin qu'ils ne soient pas confondus avec les membres de la junte militaire.

«Cette fois, le gouvernement doit prendre position. Quand ils (ex-guérilleros) disent qu'ils ont peur, c'est que lorsque le groupe Nhongo entre dans la zone, le gouvernement, en réagissant, ne peut pas les séparer et dit qu'ils sont tous de Renamo », explique-t-il.

"Ceux de la défense (de l'Etat), lorsqu'ils entrent, nous dérangent, en disant que lorsqu'ils sont démobilisés, ils sont capables de soutenir le groupe Nhongo", a insisté le responsable.

Lusa a essayé d'écouter les autorités locales, à savoir l'administrateur du district de Nhamatanda, mais n'a reçu aucune réponse.

Les anciens nouveaux arrivants de la guérilla à Cheadeia font partie d'un groupe d'environ 300 de la base de Savane qui a bénéficié de la deuxième phase du processus de démobilisation sociale, de désarmement et de réintégration (DDR), qui a repris le 4 juin, après plusieurs mois paralysés.

Le DDR résulte de l'accord de paix signé en août 2019 entre le président de la République, Filpe Nyusi, et le président de la Renamo, Ossufo Momade.

AYAC // VM

Le contenu Les ex-guérilleros au Mozambique craignent d'être confondus avec les rebelles apparaît d'abord à Visão.