Le président de l’Association portugaise des administrateurs hospitaliers a critiqué aujourd’hui le « manque de stratégie de la part du gouvernement », estimant que le Service national de santé (SNS) est devenu « peu attractif » pour attirer les médecins.

« Il y avait clairement un manque de stratégie de la part du gouvernement. Les hôpitaux ont systématiquement signalé cette pénurie, ont demandé des contrats et ont demandé un changement dans les règles, à savoir le recrutement de professionnels », a déclaré Xavier Barreto, dans un entretien avec TSF-Jornal de Notícias.

Selon le même responsable, il y a des médecins à recruter, notamment les plus jeunes, qui ont choisi de quitter le SNS.

Cependant, il a soutenu que le SNS est devenu « peu attractif » pour retenir ceux qui sortent chaque année diplômés, car la grille salariale et la progression de carrière ne sont plus adéquates.

Le président de l’Association portugaise des administrateurs d’hôpitaux a souligné que « des incitations ont été créées pour que les gens abandonnent le contrat de travail individuel et migrent vers d’autres situations, qu’elles soient privées ou de prestation de services ».

Le responsable a également soutenu qu’il fallait payer plus les médecins et récompenser les meilleurs.

« Le salaire qui est actuellement versé est complètement non ajusté, la table qui est utilisée maintenant date de 2012. En 10 ans, tout a changé, le coût de la vue est radicalement différent. 2 750 euros il y a 10 ans c’était une chose, maintenant c’en est une autre, la concurrence est complètement différente et le secteur privé est complètement différent, où les professionnels peuvent mieux gagner, avoir de meilleures conditions de travail et avoir un emploi du temps moins pénible », a-t-il déclaré.

Xavier Barreto a ajouté qu’il faut créer un cadre « plus attractif », qui « peut éventuellement mieux payer » et qui « rémunère mieux ceux qui sont les plus performants ».

« Le SNS a tout intérêt à retenir ceux qui sont les meilleurs, le privé quand il s’agit au SNS de recruter les meilleurs », a-t-il expliqué.

Dans l’interview, le responsable a également estimé que le modèle de partenariat public-privé (PPP) « était plus efficace car il disposait des outils appropriés », à savoir l’autonomie du conseil d’administration qui permettait le recrutement des personnes dont il avait besoin et le paiement en fonction à l’exécution, ainsi que des « pénalités pour indisponibilité du service d’urgence ».

« Ces outils peuvent être reproduits dans le modèle de gestion publique, rien ne l’empêche », a-t-il déclaré, en illustrant les hôpitaux de Braga, Loures et Vila Franca de Xira qui ont actuellement des problèmes, mais cela ne s’est jamais produit pendant la période où ils étaient PPP.

Le responsable a également soutenu qu’il semble y avoir une méfiance à l’égard de la tutelle par rapport à la capacité des administrateurs hospitaliers en ne reproduisant pas ces outils PPP dans le SNS.

Selon le président de l’Association portugaise des administrateurs d’hôpitaux, le SNS « est en mauvais état et ne peut actuellement pas concurrencer le secteur privé », ce qui rend difficile d’attirer des médecins étrangers, en particulier en Europe, pour travailler au Portugal en raison du faible les salaires.

« Je ne sais pas quels médecins étrangers seront disponibles pour venir au Portugal, je ne vois pas quel pays, notamment en Europe, a une grille salariale inférieure à la nôtre », a-t-il expliqué, estimant que la sous-budgétisation des hôpitaux rend les moins efficaces.

Xavier Barreto a également déclaré qu’en raison de l’ensemble de la situation internationale, les financements accordés aux hôpitaux cette année « sont insuffisants », notant que « tous les hôpitaux ont des résultats négatifs pour le moment, avec la conséquence la plus grave pour les fournisseurs ».

CMP//JNM