«L'emploi dépendant du vaccin» / «Les entreprises peuvent refuser du travail à ceux qui ne veulent pas se faire vacciner» – ce ne sont là que deux gros titres dans les médias portugais aujourd'hui suite à la position qui aurait été assumée par le Comité économique et social européen.

Expliquez les rapports, dans une interview à l'agence de presse Lusa, la présidente du comité, Christa Schweng, a laissé entendre que les entreprises «pourraient refuser un emploi aux travailleurs qui refusent d'être vaccinés contre Covid-19».

Pour l'instant, c'est une histoire purement nationale. Les remarques de Mme Schweng n’ont pas été publiées dans les médias non portugais et on ne sait pas si elles le seront, ni même si elles seront poussées plus loin.

Elle a poursuivi l'entrevue en disant (vraisemblablement à son avis?) Que le vaccin ne devrait pas être obligatoire.

«Le travailleur peut décider s'il veut travailler ou non, et dans le cas où un vaccin est demandé pour signer un contrat, bien qu'il faille voir si un employeur ne souhaite vacciner que les personnes de l'entreprise, Je ne sais pas ce qu'ils vont faire ».

Pas un message très utile d'une femme qui a donné il y a quelques jours un entretien avec le site euroactiv intitulé «Les emplois ne tombent pas du ciel».

Alors que le courant dominant national reprend la suggestion vaguement orwellienne de Mme Schweng selon laquelle l'emploi pourrait effectivement devenir dépendant des personnes vaccinées, il devient généralement clair que les gouvernements européens ont l'intention de «  faire valoir les avantages de la vaccination '' (en grande partie parce que tant de personnes sont réticents à ce sujet).

Au Royaume-Uni, par exemple, Whitehall serait en train de lancer une campagne pour encourager les gens à se faire vacciner après que des sondages ont suggéré que moins de la moitié de la population était à bord.

Selon le Times, la campagne «reconnaîtra que le jab n'est pas sûr à 100% dans le cadre d'une approche axée sur l'honnêteté».

Au Portugal – du moins pour le moment – le gouvernement est décrit comme garantissant que l'adoption du vaccin sera volontaire.

Les juristes avertissent cependant que le Code du travail autorise l’imposition de vaccins aux travailleurs «dans des circonstances déterminées». La pandémie actuelle pourrait être considérée comme l’une de celles-ci.
L'article 19 du code stipule que lorsque «la sécurité du travailleur ou des tiers» est jugée menacée, l'employeur «peut exiger des tests et des examens« pour les effets de l'admission ou de la permanence sur le lieu de travail ».

Cependant, le mot «vaccin» n’apparaît pas dans l’article, de sorte que les juristes ont suggéré qu’il pourrait être nécessaire d’apporter une «clarification législative» si les vaccinations doivent effectivement être couvertes par cette clause du droit du travail.

Des syndicats ont entre-temps été cités comme disant que l'idée même que les gens devront être vaccinés pour être embauchés est «absurde», tandis que Vieira Lopes, présidente de la confédération portugaise du commerce et des services, a qualifié cette possibilité de «fondamentalisme hygiénique insensé». .

Dans l’esprit de Vieira Lopes, «les entreprises devraient être libres de définir leurs propres critères d’embauche de personnel».

natasha.donn@algarveresident.com