Le président du PSD s’est félicité aujourd’hui de l’ouverture du PAN à la négociation, les candidats présentant quelques lignes rouges pour une éventuelle entente, comme les débats parlementaires bimensuels, les questions fiscales et la protection des animaux et de l’environnement.

Dans le dernier face-à-face télévisé de la pré-campagne pour les législatives du 30 janvier, sur RTP, Inês de Sousa Real a continué de ne pas dévoiler ce qui peut déterminer une gouvernance avec le PS ou le PSD, insistant sur le fait qu’elle comptera pour décision la position des parties dans l’avancée des causes « fondamentales » pour le PAN (Hommes-Animaux-Nature).

Interrogée pour savoir si, pour le PAN, une négociation avec António Costa ou Rui Rio est indifférente, la porte-parole a répondu : « Il n’est pas indifférent quelle est la position de Rui Rio ou António Costa concernant, par exemple, le remplacement des débats bimensuels. avec la présence du premier ministre au parlement.

A ce sujet, Rui Rio a assumé qu’il n’était pas en désaccord avec le modèle actuel, préférant une clarification des dossiers en présence des ministres responsables des portefeuilles, à une « barraria », un « show » à un « journal télévisé ouvert ».

Rio a rejeté l’accusation d’Inês Sousa Real d’avoir méprisé l’Assemblée de la République, défendue lors d’une interview au journal Expresso, mais elle a toujours reconnu qu’à son arrivée au parlement, en 1991-92, il y avait « beaucoup qualité et activité supérieures » ».

« Je ne méprise pas le Parlement, je critique le fonctionnement du Parlement », a-t-il déclaré.

Dans des dossiers plus lointains, la question du soutien aux plantations d’eucalyptus s’est imposée, la porte-parole du PAN défendant le renversement du soutien à cette culture qui, selon elle, est en train de transformer le pays en boîte d’allumettes.

De son côté, Rui Rio a rappelé que « le Portugal a 25% de son territoire en brousse » et que « la moitié des incendies démarrent sur ce territoire, qui n’est pas nettoyé car les propriétaires n’en tirent aucun revenu ».

Le PSD comprend que la plantation d’arbres à croissance rapide, comme l’eucalyptus, devrait être autorisée, mais que le propriétaire doit également planter des arbres à croissance lente.

En matière budgétaire, le PAN a insisté sur la nécessité d’abaisser l’IRS et l’IRC, Rio jugeant cette réduction simultanée irréalisable, compte tenu de la dette publique et du déficit courant du Portugal.

« Si nous devions faire ce que le PAN dit – abaisser l’IRC et l’IRS – cela aggraverait le déficit et la dette », a-t-il soutenu.

Le PAN, pour sa part, considère qu’il y a place pour des baisses, notamment si l’État cesse d’accorder des « gratuités fiscales » aux entreprises, comme les compagnies pétrolières, ou s’il cesse de maintenir les partenariats public-privé (PPP) routiers.

« Les PPP routiers sont une catastrophe, mais l’État doit remplir les contrats », a affirmé Rui Rio.

L’emplacement du futur aéroport ne rapproche pas non plus les deux parties, le PAN défendant Beja et Rio choisissant d’attendre l’évaluation stratégique d’Alcochete.

Inês de Sousa Real a également accusé Rui Rio de vouloir revenir sur la question de la protection animale, en prônant le retour de ce dossier à la Direction générale de l’agriculture, ce qu’elle a qualifié d’« incompréhensible revers de la part du PSD ».

La campagne électorale pour les élections législatives anticipées du 30 janvier se déroulera du 16 au 28 janvier, selon la loi et le calendrier définis par la Commission électorale nationale.

Le président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, a dissous le parlement et convoqué des élections anticipées suite au rejet général de la proposition de budget de l’État pour 2022.

SMM // LFS

Le contenu Législatives : Rio salue l’ouverture du PAN et les candidats défendent ce qui les sépare apparaît en premier dans Visão.